mercredi, janvier 24 2018

Cavale

Cavale, Stéphane Servant, Rebecca Dautremer, Didier jeunesse, 20€

Au moment d'écrire mon billet sur cet album, je repense aux dix droits du lecteur, dont je vous parlais la semaine dernière.

Et plus particulièrement au dernier, le droit de se taire. Ce livre, je l'ai depuis plusieurs semaines, je le lis beaucoup et, foncièrement, je n'ai pas envie de le commenter.

Quand je lis un livre à un enfant, souvent je rêve de savoir ce qu'il en pense, j'ai envie de savoir comment cette histoire à raisonné en lui, comment il l'interprète. J'ai envie de savoir si cette lecture fera de lui un enfant un peu différent de ce qu'il était avant.
Parfois, les bambins me font un beau cadeau, ils me disent ce qu'il en est. Mais, la plupart du temps, ils restent silencieux. Et je ne les interroge pas, je respecte bien trop le droit de se taire. La lecture est une expérience de l'intime, l'effet que produit le livre sur les enfants leur appartient, ça ne me regarde pas, je n'ai plus qu'à gérer cette frustration, ça fait partie du boulot.

Alors pourquoi moi je suis obligée d'en parler, hein? Moi aussi j'ai fait une expérience intime à la lecture de cet album, il a sucité en moi des émotions, des réflexions que j'ai bien envie de garder pour moi.

Mais voilà, en tant que blogueuse, comme en tant que formatrice en littérature enfantine, il faut bien que je le commente un minimum. Je ne peux pas me contenter de dire il est super, achetez-le, lisez-le, et voilà.

C'est qu'on attend de moi un minimum d'analyse, se contenter de dire qu'on l'a aimé c'est bien gentil mais ce n'est pas digne d'une critique qui se veut un peu professionnelle. Bon. Alors c'est parti, je me prête au jeu du commentaire de texte, de l'analyse de l'image, du décorticage de l'oeuvre. Mais, autant vous le dire tout de suite, tout cela ne reflétera en rien les qualités de l'album, cette chronique est vouée à être décevante. Pour moi au moins.

 

Lire la suite...

lundi, octobre 2 2017

Raoul, T'aurais pu prévenir avant de partir...

raoul_t__aurais_pu_prevenir_avant_de_partir.jpgRaoul, T'aurais pu prévenir avant de partir, Michel Van Zeveren, Pastel, 13€50

Il y a des livres qu'on attend avec une légère appréhension. 

Ok, le premier était parfait, le second pas décevant, mais y a-t-il vraiment un filon pour en faire un troisième opus?

Là en plus, j'avoue que j'étais un peu sceptique sur le thème central de l'album.

Dans cet épisode, Raoul perd son grand-père. Son papipa avec le quel il avait une relation amicale et pleine de tendresse dans Mais c'est une fille.

J'étais pas trop chaude pour le voir mourir moi, ce personnage là, je m'y étais attachée. Et puis, disons le, j'avais peur du côté pathos qu'il n'est pas facile de tenir à distance quand on aborde le deuil avec les enfants.

Mais comme le titre prêtait à sourire, j'ai tout de même voulu le voir.

Lire la suite...

mercredi, mars 1 2017

Lettres à mon cher grand-père qui n'est plus de ce monde

lettre_a_mon_cher_grand-pere_qui_n__est_plus_de_ce_monde.jpgLettres à mon cher grand-père qui n'est plus de ce monde, Frédéric Kessler, Alain Pilon, grasset jeunesse 13€90

Nous retrouvons dans cet album Thomas, dont nous avions déjà partagé les interrogations et inquiétudes lorsqu'il écrivait à son futur petit frère. 

Cette fois encore nous avons affaire à un album épistolaire. Mais ici les courriers de Thomas restent sans réponse.

C'est avec toute la candeur de l'enfance qu'il va petit à petit comprendre ce qu'est véritablement la mort et nous le donner à voir à travers sa prose, toujours juste et touchante.

Lire la suite...

mercredi, janvier 18 2017

Raconte encore grand-mère!

raconte_encore_grand-mere_Viale_Samir.jpgRaconte encore grand-mère! Marido Viale, Wavière Broncard, Samir éditions, 11€

Depuis la mort de son mari, grand-mère vit avec sa petite fille. Elles se promènent dans le parc, sautent dans les flaques, font de la balançoire. Papa et Maman disent que grand-mère est vieille. Qu'elle ne rit plus. Mais ils se trompent, la fillette le sait bien, elle qui joue avec sa grand-mère à faire des grimaces et qui écoute longuement ses histoires du temps passé.

Lire la suite...

mercredi, janvier 11 2017

Tout autour

tout_autour_litterature_enfantine.jpgTout autour, Ilya Green, Didier Jeunesse, 20€

"J'étais le centre du monde et la mère était là". Cette évidence, c'est l'essence de l'enfance. Cet album débute par le temps de l'insouciance, une enfance douce, en harmonie avec la nature, dans laquelle on sent une grande sécurité affective et un lien très fort avec la mère. Une relation à la fois heureuse et fusionnelle (d'ailleurs il n'y a pas de père pour s’immiscer entre la mère et la fillette).

Une chose, tout de même, peut d'ores et déjà étonner le lecteur: des images sur fond noir qui s’intercalent dans l'histoire.

Puis les choses se gâtent. Survient la maladie de la mère (présentée de façon métaphorique) et sa disparition. Le sentiment d'impuissance de l'enfant et le chagrin infini.

Suivent une longue période de deuil puis une rencontre qui aidera l'enfant à s'ancrer de nouveau dans la vie.

Lire la suite...

samedi, novembre 19 2016

Le parfum des feuilles de thé

le_parfum_des_feuilles_de_the_chabbert_chauffrey.jpgLe parfum des feuilles de thé, Ingrid Chabbert, Célia Chauffrey, De la Martinière jeunesse 

Ouvrir un livre écrit par Ingrid Chabbert, c'est accepter de se laisser surprendre. Elle est loin d'être confinée dans un style, elle touche à tout (y compris la bande dessinée). Je découvre petit à petit ses différents albums et, ma foi, j'apprécie.

Ici, elle explore le conte. Et elle nous transporte au Tibet "Il y a bien longtemps", comme il se doit.

Là, au milieu des plaines, dans une petite maison, vivent une mère et sa fille. Pour subsister, elles vendent au marché les vêtements qu'elles ont cousu. Mais là n'est pas leur occupation principale. Chaque jour, Yi Jie, la mère, apprend à Jia, l'enfant, l'art de cueillir les feuilles odorantes de la nature environnante.

Avec leurs longs cheveux noirs et leur usage des plantes médicinales, elles sont un peu sorcières. D'ailleurs, ce n'est pas par choix qu'elles vivent recluses, elles ont été chassées du village, accusées de souiller l'eau pure et sacrée avec leurs feuilles.

Lire la suite...

samedi, janvier 2 2016

John Brown, Rose et le chat de minuit.

John_Brown__Rose_et_le_chat_de_minuit.jpegJohn Brown, Rose et le chat de minuit Jenny Wagner, Ron Brooks, âne bâté
Cet album a été un coup de cœur absolu pour moi, le jour où je suis tombée dessus, alors que je débutais dans mon métier et que je découvrais petit à petit la richesse des albums. J'ai eu de la chance, j'ai débuté en travaillant à la bibliothèque l'heure joyeuse, c'est dans ses bacs que j'ai découvert la formidable histoire de cette vieille dame, de son chien, et du chat qui tape l'incruste.
Le livre que j'avais entre les mains était édité par les deux coqs d'or, une édition que je jugeais vieillotte et dont un m'avait peu parlé en formation. Il était surtout introuvable en librairies, depuis plusieurs années déjà.
Quand j'ai enfin eu un budget pour acheter les livres avec les quels j'allais travailler, j'ai arrêté de les emprunter à l'heure joyeuse et j'ai perdu de vue ce merveilleux album pendant (trop) longtemps.
Il a été ensuite édité par "Il était deux fois", une maison d'édition qui s'était donné pour objectif de rééditer des livres injustement absents des librairies. J'ai été contente de le retrouver mais le format à l'italienne, la couverture verte et la nouvelle traduction ne m'ont pas complètement convaincue.

Lire la suite...

mercredi, octobre 28 2015

Cinq minutes et des sablés

cinq_minutes_et_des_sables.jpgCinq minutes et des sablés Stéphane Servant, Irène Bonacina, Didier jeunesse

Pour la petite vieille, l'expression s'ennuyer à mourir prend tout son sens. Dans le silence de sa cuisine, troublée seulement par le tic-tac de la pendule, elle attend. Et, comme elle pense que la vie n'a plus rien à lui offrir, elle attend la mort.

La grande dame noire justement passe par là dans sa belle voiture rouge. Elle arrive dans la cuisine presque comme on rend un service. La petite vieille sait recevoir. Elle a préparé un bon thé de Chine. Et pour aller avec, pourquoi pas des sablés au gingembres? Après tout, "Cinq minutes de plus ou cinq minutes de moins, quelle importance?" 

Cette petite phrase, mise en valeur par la typographie, sera la ritournelle qui va rythmer l'album.

Lire la suite...

dimanche, mai 17 2015

Nos petits enterrements

nos_petits_enterrements.jpegNos petits enterrements Ulf Nilsson, Eva Eriksson, Pastel

C'est l'été, dans la maison familiale les enfants semblent désœuvrés. Quand Esther, l’aînée trouve un bourdon mort, elle y voit une occasion d'occuper la journée. On va l'enterrer. Les enfants rejouent à la perfection les rituels qui accompagnent la mort: cérémonie en grandes pompes avec poème et larmes.

Esther se prend au jeu. Après tout, la campagne est pleine d'animaux morts, quelqu'un doit bien se dévouer pour les enterrer. Les voilà partis à la recherche d'un animal un peu plus conséquent qu'un insecte. Quand ils découvrent enfin une musaraigne, ils organisent des funérailles à la hauteur. Lolo, le benjamin de la bande n'a pas l'air de vraiment comprendre ce qu'est la mort. Il interroge les plus grands qui répondent avec leurs mots d'enfants:

Lire la suite...

lundi, janvier 20 2014

Voir le jour

voir_le_jour.jpgVoir le jour E. Guiliani Ed les grandes personnes 12,50€

isbn:978-2-36193-258-9

J'aime bien les livres atypiques. Ceux dont un se demande on peu si ils sont des albums pour enfant, des œuvres d'art, des beaux livres pour adultes, des poèmes ou des sculptures. Ceux qui ne rentrent pas tout à fait dans les cases. Ceux que je vais pouvoir lire à la fois à des bébés de quelque mois, des grands enfants déjà scolarisé et leur parents, en suscitant à chaque fois le même sourire émerveillé.

Voir le jour est de ceux là.


Lire la suite...

- page 1 de 3