Littérature enfantine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, avril 26 2017

Capitaine Maman

capitaine_maman_arnal_.jpgCapitaine maman, Magali Arnal, école des loisirs, 12€70

Comme son nom l'indique, Capitaine Maman mène sa barque. Enfin, son bateau plutôt. Et, visiblement elle est aussi à la tête d'une belle famille, composée de Chaton 1, chaton 2 et chaton 3. Elle est secondée par Quartier-Maitre Mémé, dans sa vie professionnelle comme familiale. 

Et présentement, c'est sa vie professionnelle qui l'occupe toute entière: elle vient de faire une découverte archéologique majeure. La statue de la Grande Reine, si longtemps recherchée repose sous l'eau.

Alors quand les chatons s'incrustent sur le bateau, ça l'enchante moyennement. Elle confie la marmaille à Quartier-Maitre Mémé et plonge de nouveau, avec tout le matériel nécessaire. Mais, même pour la plus célèbre des archéologues, la mission est délicate et les chatons sauront se montrer à la hauteur pour aider leur mère.

Lire la suite...

mercredi, avril 19 2017

Le petit chat de Lina

Le_petit_chat_de_Lina.jpgLe petit chat de Lina, LEE, Komako Sakaï, école des loisirs

Tout commence par un petit miaulement derrière une porte. Miii, miii, miii, mais qui pleure ainsi? Lina et sa mère découvrent alors le chaton, tout petit, le poil ébouriffé. Sa mère est là aussi, avec ses deux autres petits. Si elle a accompagné son bébé jusqu'à la porte des humains, c'est qu'il a besoin de leur aide, il est malade, il faut le soigner.

Entre maman, on se comprend. La chatte et la mère de Lina échangent un regard. Et voilà le chaton adopté.

Lire la suite...

vendredi, janvier 13 2017

Les enfants terribles de John Burningham

edouardo_le_terrible.jpgEn décembre, la revue Le furet a consacré son numéro aux enfants qui nous mettent au défit.
Avec ma collègue Céline Touchard, j'y signe un article sur les enfants terribles dans l’œuvre de John Burningham, que je vous propose de découvrir ici.

Dans la littérature enfantine, soumise à une tension entre prescription et fantaisie, sont très vite apparus de drôle de trublions, aussi déconcertants pour les parents que réjouissants pour leurs enfants…

Enfants difficiles ou, simplement, qui ne correspondent pas aux normes ?

Dans l’album jeunesse, où l‘image a une fonction capitale, les bêtises sont devenues un thème récurrent, voire un genre à part entier… Nous souhaitons mettre ici à l’honneur John Burningham, l’un des plus grands auteurs britanniques pour enfants.

Ses petits héros sont sans doute terribles pour leurs parents, les injonctions qu'ils subissent sans cesse en témoignent. Mais dans le conflit générationnel, l'auteur, ancien élève de Summerhill, se place résolument du côté des enfants et ses albums plaident pour leur émancipation. Et s’ils ne se montraient difficiles qu'en réaction à une éducation trop stricte ?

bain_Marcelle_litterature_enfantine.jpegEn 1977 et 1978, deux albums ont pour héroïne Marcelle, Ne te mouille pas les pieds Marcelle  et Veux tu sortir du bain Marcelle (Père castor Flammarion). Le recours récurent de cette enfant au jeu symbolique lui permet de résister face à une mère prosaïque et à l’injonction facile…

En 2006, paraît  Edouardo le terrible (Gallimard jeunesse)dans lequel le petit garçon subit le regard prescripteur des adultes au point d'y perdre sa personnalité.

À trente ans d'écart, ces trois albums sont liés par leur thématique et la manière dont ils dépeignent les relations adultes/enfants. Marcelle comme Édouardo semblent captifs des fortes attentes des adultes à leur égard. Marcelle ne doit son salut qu'à sa fuite dans l'imaginaire alors Édouardo ne sera finalement « réhabilité » que suite à une série de malentendus.

Il est intéressant de souligner qu'aucun des deux n'a la parole, ils sont réduits à l’état d’objets par les adultes.


Lire la suite...

mercredi, janvier 11 2017

Tout autour

tout_autour_litterature_enfantine.jpgTout autour, Ilya Green, Didier Jeunesse, 20€

"J'étais le centre du monde et la mère était là". Cette évidence, c'est l'essence de l'enfance. Cet album débute par le temps de l'insouciance, une enfance douce, en harmonie avec la nature, dans laquelle on sent une grande sécurité affective et un lien très fort avec la mère. Une relation à la fois heureuse et fusionnelle (d'ailleurs il n'y a pas de père pour s’immiscer entre la mère et la fillette).

Une chose, tout de même, peut d'ores et déjà étonner le lecteur: des images sur fond noir qui s’intercalent dans l'histoire.

Puis les choses se gâtent. Survient la maladie de la mère (présentée de façon métaphorique) et sa disparition. Le sentiment d'impuissance de l'enfant et le chagrin infini.

Suivent une longue période de deuil puis une rencontre qui aidera l'enfant à s'ancrer de nouveau dans la vie.

Lire la suite...

samedi, février 20 2016

Je serai toujours là pour toi

Je_serais_toujours_la_pour_toi__Mark_Sperring__Layn_Marlow__Kaleidoscope.jpegJe serai toujours là pour toi, Mark Sperring, Layn Marlow, Kaléidoscope 13€

Ce petit bonhomme tout de jaune vêtu qui regarde une étoile dans le ciel, associé au titre de cet album m'ont d'abord induite en erreur. J'étais à peu prés certaine d'avoir affaire à un livre qui parlait de la disparition d'un être cher.

Mais point du tout. C'est un album sur l'amour et l'attention qu'on peut porter à l'autre.

Le petit bonhomme se penche dangereusement par dessus bord pour pêcher avec son épuisette. Mais, bien entendu, sa mère veille sur lui elle le prend dans ses bras, il est en sécurité.
Alors que l'image montre le ciel qui, peu à peu s'obscurcit, la mer qui devient houleuse, le texte, court et efficace, rassure: le capitaine veille sur la maman, l'étoile sur le bateau.

Lire la suite...

samedi, novembre 28 2015

Mon amour

mon_amour.jpgMon amour Astrid Desbordes, Pauline Martin, Albin Michel, 9€90

Vous avez remarqué, c'est toujours au moment de se coucher que les bambins ont une question de la plus haute importance, une question qui exige qu'on prenne vraiment le temps pour y répondre. En tout cas, chez moi, c'est comme ça.
Chez Archibal aussi apparemment. Et ce soir, la question est "Maman, est ce que tu m'aimeras toute la vie?"

La maman d'Archibal, c'est un peu la maman que je rêve d'être. Celle qui a la patience et qui trouve les mots justes. C'est à dire que là où moi j'aurais probablement répondu "Mais-oui-mon-chéri-allez-dort-bien-demain-y'a-école", elle, elle prend le temps nécessaire pour détailler les multiples facettes de son amour maternel.

Lire la suite...

jeudi, mars 19 2015

Quand Big Mama a créé le monde

quand_big_mama_a_cree_le_monde.jpgQuand Big Mama a créé le monde Phyllis Roots, Hélène Oxenbury, Père castor Flammarion

C'est sans aucun doute pour le bébé, juché sur sa hanche que Big Mama s'est retroussé les manches et s'est jetée à l'eau.

Il fallait d'abord de la lumière bien sûr. Et son pendant, le noir. Et surtout, une bonne alternance de l'un et l'autre. Au terme de ce premier jour, Big Mama a regardé son œuvre, et bébé qui gazouillait de plaisir et elle a dit "Beau travail. Beau travail, ma foi"

Jour après jour, Big Mama créé le ciel, le soleil et la lune, la terre et les créatures qui la peuplent. Chaque soir, elle admire son travail et prononce les mêmes mots de satisfaction.

Lire la suite...

mercredi, février 25 2015

Mère Méduse

Mere_meduse.jpgMère Méduse Kitty Crowther pastel 12€50

isbn:978-2-211-21813-9

Dans sa maison au bord de l'eau, Mère Méduse va donner le jour à un enfant. Mais la présence des sages femmes n'est tolérée que le temps de l'accouchement. Mère Méduse aspire à rester seule avec son bébé. Dans la mythologie grecque, la méduse à des cheveux de serpent et elle a le pouvoir de pétrifier celui qui croisera son regard.

Les cheveux de Mère Méduse cachent son visage et protègent son bébé. Une fille, bien sûr. On ne saurait imaginer un garçon dans cette lignée sans père. L'enfant est baptisé Irisée, comme la nacre qui tapisse et protège l'intérieur des coquillages. "Tu es ma perle" pense Méduse. Et, effectivement, la mère possède totalement l'enfant, de ses bras ou de ses cheveux elle l'enveloppe, le couve, le retient... En l'absence de père, personne ne vient séparer la mère et la fille.

Lire la suite...

lundi, février 17 2014

Un garçon sachant siffler

un_garcon_sachant_siffler.jpgUn garçon sachant siffler E.J. Keats Didier jeunesse (collection cligne-cligne)

Les meilleurs moments de l'enfance sont fait de petit riens. Des petits instants qui, mis bout à bout, forment des souvenirs chaleureux.

Cet album reflète parfaitement cet ensemble de trois fois rien, comme ces petits bouts de ficelle et autre cailloux cachés au fond d'une poche, le sel de l'enfance. On est loin de la grande aventure, du récit initiatique, de l'histoire qui va changer à tout jamais la vie et le cœur du héros. Mais ce n'est pas non plus un livre miroir qui se serait donné pour but de coller au plus près des préoccupations et petits tracas quotidiens des enfants. Encore moins de leur donner des exemples de comportements adéquats. 

C'est, beaucoup plus justement, une représentation simple, douce et poétique des jeux de l'enfance.

Peter joue dehors. Il joue à tourner sur lui même à s'en étourdir. Il joue à tracer des chemins à la craie. Mais ce qui serait vraiment chouette pour Peter, ce serait d'arriver à siffler pour faire une bonne blague à son chien, Willie.

Lire la suite...

mercredi, février 12 2014

Tétine Man

tetine_man.jpgTétine Man C. Nicolas G. Long Didier Jeunesse 10€90

isbn: 978-2-278-07783-0

Je saisis une fois de plus l'occasion offerte par "chut, les enfants lisent" pour évoquer un peu les lectures de ma mouflette et donc les livres pour les plus de 6 ans. Cette fois ça rejoint particulièrement bien le sujet de mon blog, puisqu'elle a jeté son dévolu sur une première bande dessiné destinée aux jeunes enfants. Disons que c'est un album destiné aux enfants à partir de 3 ans et que, comme il est très drôle, il est parfait aussi pour les lecteurs débutants ou confirmés, qui cherchent un texte court et qui sont experts pour lire l'image.

Tétine Man, c'est le héros qui a le pouvoir dont tout les parents rêvent. Il reste calme. Un bambin qui reste calme, c'est un peu le saint graal de la parentalité, l'objectif suprême, celui qu'on se fixe tous en sachant que c'est en vain. Mais Tétine Man à son arme secrète. Il ne retire JAMAIS sa tétine de sa bouche.

Lire la suite...

- page 1 de 5