Littérature enfantine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, janvier 25 2017

Henri est en retard

henri_retard_adrien_albert.jpgHenri est en retard, Adrien Albert, école des loisirs, 12€70

C'est souvent comme ça avec les albums d'Adrien Albert. On part d'une situation quotidienne, très ancrée dans le réel, qui nous donne la sensation qu'on l'a déjà vécue. Et puis on fait un petit pas de côté, et la courbe du récit dévie. Un tout petit grain d'absurdité est venu se glisser dans l'histoire et, de façon imperceptible d'abord, on a basculé du réel au merveilleux.

Aujourd'hui, papa et maman sont malades. Nez rougis, mouchoirs en papier qui traînent autour du lit, pas de doute, la situation sent le vécu. Ils ne peuvent donc pas amener Henri à l'école.

Mais le gamin ne l'entend pas de cette oreille, au téléphone il enjoint son grand-père de venir le chercher. Grand-père qui rapplique à peine le téléphone raccroché.

Vous l'avez senti? Le petit pas de côté qui va faire passer le récit du quotidien au n'importe quoi, vous l'avez vu, juste là?

Cette petite faille dans l'espace-temps, qui permet au grand-père de se pointer dans la seconde, est mise en valeur par le découpage des pages en vignettes qui donne son rythme à l'histoire.

Lire la suite...

samedi, décembre 17 2016

Koi ke bzzz?

koi_ke_bzzz_Carson_helium.jpgKoi ke bzzz? Carson Ellis, Hélium 15€90

On me demande régulièrement en formation s'il faut remplacer les mots compliqués dans les albums pour les plus jeunes. Cette question m'a toujours un peu étonnée, comment peuvent-ils apprendre à parler si on les limite aux mots qu'ils connaissent déjà (donc, aucun pour les bébés)? Quand j'explique que surtout pas, au contraire, les enfants ont un grand plaisir à découvrir de nouveaux mots on me rétorque parfois que c'est désagréable de ne pas accéder au sens. Peut être. Pour les adultes. Les enfants, eux, sont sans cesse entourés de mots qu'ils ne connaissent pas, ils passent leur temps à faire des hypothèses en fonction du contexte et ils sont experts pour s'aider de l'image pour comprendre.

Nous, adultes, on a plus de mal à lâcher prise et à se laisser porter par un livre. On en fait l'expérience quand on a Koi ke bzzz? entre les mains pour la première fois. On fronce les sourcils et on essaye de comprendre.

On est agréablement surpris de découvrir qu'on comprend finalement très bien. C'est alors qu'on a envie de proposer cet album à un enfant.

Prenez un bambin de taille moyenne, consentant, et proposez lui de lui lire "ce drôle d'album". Vous verrez qu'en moins de deux, il deviendra bilingue français/insecte, nul besoin de rajouter des sous-titres.

Lire la suite...

mercredi, novembre 16 2016

Les coulisses du livre jeunesse

les_coulisses_du_livre_jeunesse_bachelet.gifLes coulisses du livre jeunesse, Gilles Bachelet, Atelier du poisson soluble

Gilles Bachelet a un humour décapant. On le constate dans ses albums, ça se confirme quand on lit une interview de lui et on ne peut pas en douter quand on suit sa page facebook.

C'est sur cette page qu'il a d'abord publié les dessins réunis dans cet album.

Des dessins qui avaient l'air d'être avant tout destinés à faire marrer les copains. Et qui ont fait marrer les copains, les copains des copains et aussi leurs amis et leurs voisins.

Il y convoque les personnages célèbres de la littérature jeunesse (en particulier les albums) pour imaginer le dessous du décor.

Lire la suite...

samedi, septembre 24 2016

Le grand spectacle

le_grand_spectacle_Claire_Franek.jpgLe grand spectacle, Claire Franeck, Rouergue

Zoé, Victor et Aziza sont au taquet. Ils répètent un grand spectacle. Pour le point de départ, fastoche, Victor et Zoé seront le papa et la maman d'Aziza.

Sauf que le bébé n'est pas d'accord: Zoé n'a pas une coiffure de maman (apparemment les cheveux courts c'est une coiffure de garçon et puis c'est tout)

Qu'à cela ne tienne tout le monde enfile un bonnet de chat et le problème capillaire est réglé.

Mais alors que Victor commence à s'ennuyer dans son rôle de père, arrive Noham, coiffé d'un chapeau de chien, qui propose de tricoter pour le bébé.

Lire la suite...

mercredi, septembre 21 2016

Le bain de berk

Le_bain_de_berk_Beziat_Pastel.jpgLe bain de berk, Julien Béziat, Pastel, 13€50

Le bain est presque prêt. L'enfant qui va sans doute le prendre a laissé la porte entrouverte, on peut apercevoir ses jouets sur le rebord de la baignoire. A coté du flacon de savon, l'eau coule. Mais c'est quand on s'approche qu'on se rend compte qu'on frôle la catastrophe: Berk le doudou est en équilibre instable au bord de l'eau. En une seconde, c'est le drame. Plouf, le voilà dans l'eau. Panique chez les jouets de bain. Penchés au-dessus de l'eau, ils s'affolent: "Berk se noie!"

Lire la suite...

samedi, septembre 10 2016

tous les mots n'existent pas

tous_les_mots_n__existent_pas.jpgTous les mots n'existent pas, Michaẽl Escoffier, Matthieu Maudet, Frimousse

Alors ok, on le sait, tous les mots n'existent pas. D'ailleurs c'est pas vraiment des mots vu que pour faire un mot il faut "un ensemble de lettres suivies et précédées d'un espace et qui ont un sens" (ça, je le sais, c'est ma môme qui me l'a dit, elle l'a appris à l'école, dans la classe pas dans la cour, ça prouve). Hors donc, il y a des trucs qui sont des lettres, entre deux espaces, mais qui ne veulent rien dire et donc ne sont pas des mots jusqu'à preuve du contraire. C'est à dire jusqu'à ce que Mathieu Maudet et Michaël Escoffier interviennent. Et y mettent du sens.

Ils s’attaquent d'abord à Gloubidou et lui donnent une forme.

Lire la suite...

dimanche, juin 26 2016

Un éléphant dans ma poche

Un_elephant_dans_ma_poche__Douce_de_La_Salle__Penicaud.jpgUn éléphant dans ma poche, Félicité Douce de La Salle, Clémence Pénicaud, Didier jeunesse 11€90

Les parents qui vident les poches de leurs mouflets avant la lessive le savent bien, on trouve de tout là dedans. Les trésors empochés par les enfants sont le reflet des jeux de la journée. Et pour peu que l'enfant ait l'imagination fertile on peut être très surpris de nos découvertes.

La fillette de cet album, alors qu'elle cherche dans sa poche de quoi se moucher,  fait une rencontre étonnante. Un éléphant s'est assis sur le mouchoir.

Il a pas l'air méchant, il boit son café paisiblement, mais il n'accepte de rendre le mouchoir qu'en échange d'un hamac pour se reposer. "Tric, trac, d'accord", la fillette, pas plus surprise que ça, se met à chercher un hamac. Et là, devinez quoi?

Lire la suite...

mercredi, juin 15 2016

Clic!

clic.jpgClic! Claudine Morel, Didier jeunesse, 13€90

Il y a des jeux qui traversent les âges et les époques. Confiez un appareil photo à une bande d'enfant et vous pouvez compter sur une après-midi tranquille (oui, même s'il pleut des cordes). Vous pouvez leur faire confiance pour varier les situations et les accessoires. 

Dans cet album, une petite bande de 5 copains a installé une grande feuille blanche pour faire le décor et c'est parti.

Clic! Ils prennent la pause et en ouvrant le volet de la page on les découvre, tout sourire, fixant l'objectif. Coucou!

Lire la suite...

mercredi, juin 8 2016

J'veux pas y aller!

J__veux_pas_y_aller__Roman_Csil.jpgJ'veux pas y aller! Ghislaine Roman, Csil, Frimousse 13€

"Non mais c'est pas vraiment de la peur, enfin je veux dire, bon, voilà quoi, j'veux juste pas y aller, c'est tout, mais j'ai de bonnes raisons pour ça quoi..." Petit air bien connu des parents et autres instituteurs qui écoutent patiemment les excuses invoquées par les enfants qui essayent de se débiner.

A travers une galerie de portraits d'enfants, nous découvrons une série d'excuses plus ou moins tirées par les cheveux. Rapidement on comprend à quoi les enfants essayent d'échapper. D'ailleurs, dès la page de garde, l'image nous donne des indices que les enfants interprètent généralement très bien: bonnet de bain, tubas et bouée canard ne laissent aucune place au doute.

Lire la suite...

jeudi, juin 2 2016

Si j'avais une girafe

si_j__avais_une_girafe_shel_silverstein.jpegSi j'avais une girafe, Shel Silverstein, Grasset jeunesse, 16€90

Les enfants, c'est bien connu, faut toujours que ça exagère. Et Shel Silverstein, c'est bien connu, c'est un grand enfant. Il navigue dans la démesure enfantine comme un poisson dans l'eau.

Tenez, par exemple, si il se voit en possession d'une girafe il ne s'en contente pas, il accumule les idées loufoques et imagine les situations les plus improbables.

Pourtant, les choses commencent très sobrement. "Si j'avais une girafe..." dit le texte, alors que sur la page blanche un enfant dessiné au simple trait noir possède déjà l'animal. Ça doit être cette page blanche justement qui a stimulé l'auteur. Une grande page toute blanche comme ça, forcément, ça donne envie. Il faut bien investir l'espace. Alors l'enfant étire l'animal, jusqu'à lui faire occuper la double page. Le voilà doté d'une girafe et demie, ce qui le met déjà dans une situation inconfortable (vous avez déjà essayé de tenir en laisse une girafe et demie?)

Lire la suite...

- page 2 de 11 -