lundi, juin 18 2018

Bonjour

Bonjour, Alastair Heim, Alisa Coburn, Didier jeunesse, 14€

Il a tout du gentleman cambrioleur, ce renard et pour tout dire, on se prend de sympathie pour lui dès les premières pages, alors qu'il s'introduit dans une grande demeure bourgeoise, au style géorgien.

C'est qu'il a du pep's et ne manque pas d'humour. Il virevolte, très à l'aise, de pièce en pièce en saluant gaiment tous les objets qu'il dérobe.

Hop, avalé le festin, subtilisée l'argenterie, envolé le tapis. Prestement, il retire les toiles de leurs cadres.

Lire la suite...

lundi, juin 4 2018

Où tu vas comme ça?

Où tu vas comme ça? Gilles Bizouerne, Bérangère Delaporte, Didier jeunesse
Fillette se promène dans la forêt. Imprudente la mouflette? Peut-être, en tout cas, elle ne semble pas inquiète pour deux sous. Et quand le loup surgit devant elle, ça ne la perturbe pas plus que ça. C'est même semble-t-il avec plaisir qu'elle accepte qu'il l'accompagne, quand il propose de la guider dans la nuit qui ne va pas tarder.

Les voilà en route, Fillette en tête, sur la page de droite, alors que derrière elle, sur celle de gauche, le loup se lèche déjà les babines.

Mais voilà qu'un nouveau personnage pointe le bout de son chapeau.

Lire la suite...

mercredi, avril 4 2018

C'est ma mare

C'est ma mare, Claire Garalon, MeMo

Une seule mare, deux canards. Pas de problème, il suffit de partager. Une frontière, matérialisée par des pointillés blancs divise désormais l'espace. Canard jaune en haut, canard blanc en bas, chacun sa place et tout le monde est content.

Arrive un canard rouge. Comme les deux premiers il affirme: "Quelle jolie mare! c'est ma mare!" Un petit temps de réflexion et on partage l'eau en trois.
Puis en quatre quand arrive un canard vert.

Les canards affluent et l'espace devient rapidement saturé, chacun jouissant d'un espace de plus en plus petit.

Lire la suite...

lundi, mars 19 2018

La recette miracle

La recette miracle, Delphine Bournay, école des loisirs, 11€50.

Voilà un vrai petit Vaudeville, tout en dialogues, avec une unité de lieu (la maison de Taupinette, sous terre, et son entrée juste au dessus, en plan de coupe), des péripéties hilarantes et un dénouement providentiel.

Tout commence par de bons gâteaux, cuisinés par Taupinette, au moment même où, au dessus, le crocodile crie famine.

Croco vient se plaindre chez son amie de l'hiver qui n'en finit pas et de la faim qui le tenaille. Mais Taupinette n'a pas l'intention de partager ses biscuits et elle va inventer mille mensonges pour prétendre qu'elle n'a plus la moindre réserve à se mettre sous la dent.

Les choses se corsent pour elle quand Renard, bien plus généreux, vient partager sa pâte à biscuit, qui a juste besoin d'être cuite. Dans le four de Taupinette. Où elle a caché sa propre production.

Lire la suite...

lundi, mars 5 2018

Enfin avec ma mamie!

Enfin avec ma mamie! Taro Gomi, Nobi nobi, 12€50

Un paysage se déploie sur la page en format à l'italienne. Des collines, des routes, des immeubles. Et, tout à gauche, une petite maison au toit rouge, celle de Lola.
A l'opposé, en bout de route, une petite maison s'accroche à la montagne. C'est celle de la mamie de Lola.

Entre les deux, circulent des voitures et un train. Le décor est posé.

Lire la suite...

jeudi, février 8 2018

La folle poursuite

La folle poursuite, Clément Hurd, Gallimard jeunesse

La folle poursuite a été écrit en 1941, mais traduit seulement en 2006 par Gallimard jeunesse.
Sans doute parce que depuis les années 2000, l'iconographie de l'époque revient à la mode. Mais aussi parce que les couleurs et le mouvement dans cet album gardent une grande modernité.
Le thème, quant à lui, est intemporel.

Un chien, qui casse sa laisse pour se lancer à la poursuite d'un chat. Les propriétaires respectifs qui entrent dans la course. Et tout un tas de personnages qui passent là par hasard et vont être plus ou moins bousculés par cette folle poursuite.

Lire la suite...

mercredi, janvier 17 2018

Mon royal petit frère

Mon royal petit frère, Sally Lloyd-Jones, David Roberts, Little urban, 13€50

La fillette qui nous livre ici sa version des faits est l'exemple typique du narrateur non fiable. (allez lire l'article. Si, si, j'insiste, allez lire ce merveilleux article de Clémentine Beauvais qui est à la fois très drôle et très instructif, croyez moi, vous ne le regretterez pas. De rien)

Elle raconte comment elle vit l'intrusion de son petit frère dans sa vie quotidienne, à travers le prisme de sa mauvaise foi. C'est qu'elle était comblée, petite princesse au centre de l'attention de ses parents. Jusqu'à ce que naisse sa majesté le roi bébé. Depuis, il n'y en a que pour lui, père et mère semble faire allégeance au petit tyran, laissant l'adorable (et belle, gentille, dotée d'une abondante chevelure blonde qui plus est) livrée à elle même.

Mais l'image donne une toute autre version des faits. Et les enfants, vous savez comment ils sont, ils ont tendance à croire ce qu'ils voient, plutôt que ce qu'on leur raconte, surtout dans les livres (faudrait voir à pas les prendre pour des cornichons, ils repèrent très bien les contradictions texte/image et savent en tirer les conclusions qui s'imposent).
Alors, ils repèrent que l'abondante chevelure de la fillette est en réalité une paire de collants jaune et ils se mettent à douter légèrement d'elle.

Lire la suite...

vendredi, janvier 12 2018

Que d'émotions chaperon!

Que d'émotions Chaperon! Richard Marnier, Aude Maurel, Frimousse, 14€

Si certains contes se transmettent, à l'oral ou à l'écrit, depuis des générations sans rien perdre de leur puissance évocatrice, c'est sans doute parce qu'il y a quelque chose d'intemporel dans le message qu'ils transmettent. C'est aussi parce que les auteurs qui s'en emparent trouvent sans cesse des biais nouveaux pour les éclairer autrement, varier les notions mises en avant, les adapter à l'air du temps.

Cette nième version du Petit Chaperon rouge choisit un biais très à la mode en ce moment: il met en avant les émotions qui traversent l'enfant tout au long du récit.

Il est vrai que ces derniers temps il y a une très forte demande, qui émane à la fois des parents et des professionnels de l'enfance, pour les livres sur les émotions.

Qu'entends-t-on au juste par là? Qu'ils les explicitent, les donnent à voir et surtout, qu'ils offrent aux enfants des moyens pour mieux identifier les leurs (et, dans un second temps, pour mieux les gérer, les contrôler, les amoindrir peut-être).

Ceux qui ont cette demande s'attarderont donc particulièrement sur les pages de gauche de l'album, qui montrent le visage de la fillette en gros plan, permettant à chaque fois d'identifier clairement l'émotion qu'elle ressent.

Mais c'est quand on prend l'album dans son ensemble qu'il est, à mes yeux, le plus intéressant.

 

Lire la suite...

mercredi, janvier 10 2018

La graine de carotte

graine carotte littérature enfantineLa graine de carotte, Ruth Krauss, Crockett Johnson, MeMo 12€

Un petit garçon plante une graine de carotte. Sa mère puis son père sont dubitatif: "je crois que ça ne poussera pas". Son grand-frère est affirmatif: "Ça ne poussera pas".

Mais, sans se laisser décourager par ses ainés, le petit garçon arrose la terre quotidiennement, retire les mauvaises herbes avec constance.

Et bien sûr, un beau jour, ça pousse. Une grande, une belle, une énorme carotte sort de terre.

Lire la suite...

vendredi, décembre 22 2017

Les bottes de petit Jo

bottes jo littérature enfantineLes bottes de Petit Jo, Marie-Christine Hendrickx, Emilie Seron, pastel, 12€

Dans la famille de Petit Jo, il y a sept enfants, deux parents et deux grands-parents. Ça en fait du monde.

Le matin, les enfants enfilent leurs bottes et vont à l'école. Le père et la mère, eux, sont pêcheurs. Quant aux grands-parents, ils restent à la maison. 

Le soir ils dînent tous ensemble, autour de la grande table. Jusqu'ici, il ne se passe pas grand chose, mais l'image donne à voir une maison où règne un joyeux désordre, pleine de vie. Au milieu des sept mouflets, les chats font leur vie. Partout dans la déco, des poissons viennent nous rappeler qu'on est dans une maison de pêcheurs. D'ailleurs, on l'a vue en page de garde, la petite bicoque en bord de mer est bien charmante, il doit faire bon y vivre.

Lire la suite...

- page 1 de 12