Mot-clé - dès 7 ans

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, avril 18 2019

Rien n'arrête Sophie

Rien n'arrête Sophie, Cheryl Bardoe, Barbara McClintock, éditions des éléphants, 14€

C'est vrai qu'il y a quelque chose de très rassurant dans les mathématiques. Les chiffres, c'est fiable, c'est stable, on peut compter dessus (sans mauvais jeu de mot).

La petite Sophie aime les mathématiques, ce qui n'a rien d'habituel pour une fillette de son époque. Alors que dehors gronde la révolution française, les formules et les calculs sont son refuge. Dans son appartement parisien (que l'image nous montre plutôt bourgeois) elle étudie constament.
Au grand dam de ses parents: une fille qui se pique d'être matématicienne, on n'a jamais vu ça! Ils font tout pour la décourager, la privant de bougie ou de vêtements chauds pour qu'elle reste enfin dans son lit la nuit au lieu d'étudier.
Mais, rien n'arrête Sophie!

Lire la suite...

lundi, avril 15 2019

La la langue

La la langue, Aliyah Morgenstern, Susie Morgenstern, Serge Bloch, Saltimbanques, 13€90

La la langue, c'est l'histoire du développement du langage chez le jeune enfant. Aliya Morgenstern est linguiste, elle explique ici avec toute la précision de sa profession le processus qui permet au petit humain d'apprendre à parler.

Ses explications, elle nous les livre dans la langue du récit plutôt que dans un langage scientifique. Elle est bien placée pour savoir à quel point la forme est importante.
Pour cela, elle s'est associée à sa mère, Susie Morgensteirn, autrice à succès de romans jeunesse. Mais bien sûr, quand on s'adresse aux enfants, il y a aussi une autre forme de narration, qui m'est particulièrement chère. Les images, qui ont été confiées à Serge Bloch, qui a déjà illustré plus d'une centaine d'albums (dont les séries "Max et Lili" et "SamSam")

Autant dire que nous avons affaire à un trio de haut vol, chacun maîtrisant parfaitement sa partition, et qu'ils nous offrent une oeuvre polyphonique tout à fait réussie.

On y apprend comment le langage se construit dès la naissance, et même avant, et on suit les différentes étapes, du babil aux phrases construites.

Le développement moteur et affectif sont également abordés.

Lire la suite...

mardi, mars 26 2019

Moi mon ombre

Moi mon ombre, Evelyne Mary, Sébastien Joanniez, l'étagère du bas, 16€

Au fil de la journée, un petit garçon s'interroge sur son ombre. Elle est son double, sa confidente. Facétieuse elle disparait à midi avant de réapparaitre pour partager ses jeux, danser sur les murs.

Toujours présente et en même temps impalpable, elle incite à la réflexion.

Le texte, rédigé à la première personne, nous invite dans les pensées de l'enfant. Il ouvre la réflexion sur des questions telles que la conscience de soi, de l'autre, la notion d'empathie, de solitude. En se demandant qui est ou ce qu'est son ombre, l'enfant s'interroge bien sûr sur lui même. Mais l'ensemble reste léger et ludique.

 

Lire la suite...

mercredi, mars 20 2019

Le livre extraordinaire des reptiles et amphibiens

Le livre extraordinaire des reptiles et amphibiens, Tom Jackson, Mat Edwards, Little urban, 22€

La collection des livres extraordinaires s'enrichit d'un nouveau titre, tout aussi impressionnant et de qualité que les précédents.

Comme dans celui qui concernait les animaux préhistoriques, on trouve ici de très belles représentations en gros plan (le format généreux de l'album leur laisse la place de s'épanouir), un texte explicatif et un encadré qui reprend les éléments clé.

L'introduction explique brièvement la différence entre reptile et amphibien.

En fin d'ouvrage, une carte du monde permet de situer les différentes espèces. J'ai un petit regret sur le manque de précision de cette carte, mais on retrouve sur les fiches techniques le lieu de vie de chaque animal.

Lire la suite...

vendredi, février 22 2019

Rouge dans la ville

Rouge dans la ville, Marie Voigt, kaléidoscope, 13€

Une fillette, chaperon rouge sur le dos, doit traverser un milieu hostile pour apporter un gâteau à sa grand-mère.
L'histoire est connue, on attend déjà la confrontation avec le prédateur.

Mais ici, ni forêt ni loup.

Le lieu de tous les dangers, c'est la ville, que la petite, prénommée Rouge, doit traverser pour la première fois. Elle n'est pas seule, son chien Woody l'accompagne. Elle ne peut pas se perdre, il suffit de suivre le chemin de fleurs rouges, en forme de coeur. Mais les périls sont là, plus insidieux qu'une bête féroce, plus discrets qu'un monstre affamé, mais tout aussi dangereux.

Car ici, c'est la ville elle-même qui pourrait bien avaler l'enfant, l'engloutir, la digérer.

 

Lire la suite...

mercredi, janvier 16 2019

Ma maison

Ma maison, Laetitia Bourget, Alice Gravier, les grandes personnes, 20€

En raison de sa jaquette, on ouvre cet album accordéon directement sur sa première page et on est immédiatement happé par le récit. Un narrateur invisible nous entraine sur le chemin qui mène à sa maison. Un chemin qui se fait en train, en car et à pied. Il faut prendre son temps, les grandes illustrations attirent notre regard. On ne se presse pas, il faut laisser l'oeil découvrir l'écureuil ici, le geste tendre d'un bambin qui met son pouce dans la bouche là et puis les fleurs, partout, magnifiques, luxuriantes, une vraie bouffée d'oxygène.

Etonnament, alors qu'on découvre un lieu inconnu on se sent chez soi, il y a du familier dans l'air et une atmosphère chaleureuse. Chaque personnage croisé semble prêt à nous saluer.

On tourne les pages ou on déploie le loporello, dans les deux cas la lecture est fluide, comme un traveling latéral.

Lire la suite...

vendredi, janvier 11 2019

Big Bang Pop!

Big Bang Pop! Claire Cantais, l'atelier du poisson soluble, 21€

Tout a commencé par un grand bruit, BANG ou peut-être pop. Et, du presque rien, on est passé au grand tout. Une expansion, du mouvement, quelque chose qui prend forme. Et puis une planète, secouée par les éléments, sur la quelle apparait, petit à petit une chose nouvelle que l'on appelle aujourd'hui la vie.

Dans l'eau puis sur terre, les dinosaures, les animaux, les humains, puis leurs inventions, machines et technologies récentes, tout cela se succède à grande vitesse.

Et puis, stop. On s'arrête, on prend du temps.

Et on découvre un couple, debout, de dos face à la mer. Ils ne sont représentés que par leurs silhouettes, chacun peut leur donner les traits qu'il veut. Ils incarnent tous les couples du monde.

Lire la suite...

mercredi, octobre 31 2018

Les filles

Les filles, Agnes Rosenstiehl, la ville brûle, 14€

La première édition date de 1976, aux très militantes éditions des femmes. J'en possède un exemplaire, que je garde précieusement, malgré son piteux état (il a été très aimé donc très lu chez moi), que je présente régulièrement en formation où il fait généralement débat. Pour tout dire, dans mes cours destinés à de futurs éducateurs de jeunes enfants, je le réserve aux troisièmes années: il réclame une certaine maturité.

Régulièrement, quand je le présente, on me dit "ça date, aujourd'hui, ça ne passerait plus". A chaque fois j'acquiesce et déplorant le puritanisme actuel, oui, le vent de liberté qui soufflait sur la littérature jeunesse dans les années 70 s'est bien essoufflé, de nos jours on voit des livres faire l'objet de tentatives de censure pour moins que ça.

Peut-on s'en satisfaire? Je ne le pense pas. Et, par bonheur, les éditions la ville brûle, tout aussi engagée que l'étaient les éditions des femmes, ont décidé de rééditer ce livre, aux côtés de deux autres albums de la même autrice.

Le décor est planté, parlons maintenant de l'album.

Lire la suite...

mercredi, octobre 24 2018

Rue des quatre-vents

Rue des quatre-vents, au fil des migrations, Jessie Magana, Magali Attiogbé, Les éléphants, 16€50

En 1890, rue des quatre-vents, vivaient Marcel, l'auvergnat qui tenait le troquet, Marco, l'italien joueur d'accordéon et aussi le petit Stephaan, venu de Begique avec sa famille, parce qu'il y avait du travail à la briquetterie.

Sur les murs de la rue des quatre-vents, on trouve une publicité pour les bouillons kub, hé oui, déjà. Sur la route pavée passent des chevaux et des carrioles. Un chantier commence, qui éventre la rue, il durera des années.

L'histoire se raconte autant dans l'image, au long format italien, que dans le texte, qui se trouve sur un rabat à droite, comme pour ne pas altérer le paysage.

On identifie facilement une rue typiquement parisienne, avec ses immeubles aux toits en zinc. L'école publique y est divisée en deux parties, garçons et filles (tiens, côté filles il y a des rideaux aux fenêtres). Les hommes portent des moustaches et les femmes des robes longues, les petits garçons des culottes courtes.

Sous le rabat, comme à l'écart, invisible au premier regard, le quartier le plus pauvre de la rue. Ici, dans les baraques instables, les habitants sont en guenilles.

Le décor est planté, nous le retrouverons à chaque page et, à travers cette rue, ses batiments et ses habitants, un peu plus d'un siècle d'histoire va se tisser.

Lire la suite...

mercredi, octobre 17 2018

Groléfant et Tit'souris

Groléfant et Tit'souris, histoires de bêtes, Pierre Delye, Ronan Badel, Didier Jeunesse, 13€10

Est-il nécessaire de se ressembler pour être amis? Où simplement d'avoir le sentiment qu'on est pareils?

Quand Tit'souris rencontre Groléfant, elle ne voit que leurs points communs : couleur, nombre de pattes, présence d'une queue, pas de doute, ils sont faits pour s'entendre !

Et, de fait, dans la relation amicale qui se tisse au fil des pages, ils ne cessent de se percevoir comme semblables.

Le ressort comique récurant dans les différentes saynètes reposera sur la différence de taille entre les personnages, qu'ils n'ont de cesse de nier.

Lire la suite...

- page 1 de 4