Mot-clé - dès 6 ans

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, octobre 30 2018

L'antarctique de Simon

L'antarctique de Simon, Adrien Albert, l'école des loisirs, 12€70

Revoilà Simon, le petit lapin perdu dans un monde d'humains qui, dans un épisode précédent gravissait une montagne pour rejoindre son grand frère.

Nous le retrouvons ici au fond de son lit, alors qu'il est presque minuit (23h51 précisément): il ne trouve pas le sommeil. Le souvenir de son récent voyage en Antarctique le tien éveillé.

Cette fois, c'est à son ami Bob qu'il a rendu visite. Et une fois de plus, il a dû faire preuve d'opiniâtreté, puisqu'il a pris un bateau, un train et un avion, dont il a sauté en parachute, pour atterrir enfin au milieu d'un groupe de manchots. Car Bob vit  et travaille en Antarctique, ce qui fait un petit bout de chemin tout de même.

Mais au point de rendez-vous, pas de Bob, juste un bar fermé au milieu du glacier. Sans inquiétude, Simon y déplie sa tente, et s'endort pour la nuit. Il retrouvera son ami le lendemain.

Lire la suite...

mercredi, octobre 24 2018

Rue des quatre-vents

Rue des quatre-vents, au fil des migrations, Jessie Magana, Magali Attiogbé, Les éléphants, 16€50

En 1890, rue des quatre-vents, vivaient Marcel, l'auvergnat qui tenait le troquet, Marco, l'italien joueur d'accordéon et aussi le petit Stephaan, venu de Begique avec sa famille, parce qu'il y avait du travail à la briquetterie.

Sur les murs de la rue des quatre-vents, on trouve une publicité pour les bouillons kub, hé oui, déjà. Sur la route pavée passent des chevaux et des carrioles. Un chantier commence, qui éventre la rue, il durera des années.

L'histoire se raconte autant dans l'image, au long format italien, que dans le texte, qui se trouve sur un rabat à droite, comme pour ne pas altérer le paysage.

On identifie facilement une rue typiquement parisienne, avec ses immeubles aux toits en zinc. L'école publique y est divisée en deux parties, garçons et filles (tiens, côté filles il y a des rideaux aux fenêtres). Les hommes portent des moustaches et les femmes des robes longues, les petits garçons des culottes courtes.

Sous le rabat, comme à l'écart, invisible au premier regard, le quartier le plus pauvre de la rue. Ici, dans les baraques instables, les habitants sont en guenilles.

Le décor est planté, nous le retrouverons à chaque page et, à travers cette rue, ses batiments et ses habitants, un peu plus d'un siècle d'histoire va se tisser.

Lire la suite...

mercredi, octobre 17 2018

Groléfant et Tit'souris

Groléfant et Tit'souris, histoires de bêtes, Pierre Delye, Ronan Badel, Didier Jeunesse, 13€10

Est-il nécessaire de se ressembler pour être amis? Où simplement d'avoir le sentiment qu'on est pareils?

Quand Tit'souris rencontre Groléfant, elle ne voit que leurs points communs : couleur, nombre de pattes, présence d'une queue, pas de doute, ils sont faits pour s'entendre !

Et, de fait, dans la relation amicale qui se tisse au fil des pages, ils ne cessent de se percevoir comme semblables.

Le ressort comique récurant dans les différentes saynètes reposera sur la différence de taille entre les personnages, qu'ils n'ont de cesse de nier.

Lire la suite...

vendredi, octobre 12 2018

Ou alors préférerais-tu...

Ou alors préférerais-tu... John Burningham, Kaleidoscope

Comme dans "préférerais-tu...", John Burningham nous expose ici une série de propositions improbables qui laissent le lecteur face à un choix impossible.

Est-il préférable, par exemple d'être embrassé par tatie Zélda ou par un hippopotame à l'haleine qui pue?

Pas facile, hein.
Heureusement, il y a aussi des alternatives plus agréables, comme prendre pour animal de compagnie un koala, un alligator, un vautour ou un mouton.

A chaque page, les enfants réfléchissent, pèsent le pour et le contre et donnent des arguments qui me laissent perplexe.

Moi, presque systématiquement, je botte en touche, ce qui me vaut de me faire traiter "d'adulte rabat-joie qui joue pas le jeu" par mes mouflettes. Elles n'ont pas tort.

Elles, jouent le jeu à fond et même le prolongent, en cherchent de nouvelles propositions entendues ça et là ("Préférerais-tu avoir les bras en mousse ou être suivie en permanence par un troupeau d'oies?" est un classique du genre) ou qu'elles inventent elles même (et dans les quelles j'ai bien souvent le mauvais rôle! "Préférerais-tu que maman t'appelle choupinette devant tes copains du collège ou qu'elle dise à ton prof de math ce qu'elle pense de lui?" a eu un certain succès)

L'histoire sort du livre, puis on y revient quand on est en mal d'inspiration.

Outre que ces albums remettent au gout du jour un jeu qui amuse souvent adultes et enfants, ils l'alimentent par les images qui renforcent le côté déroutant ou amusant des propositions.

Lire la suite...

lundi, octobre 8 2018

Piouh

Piouh, Estelle Billon-Spagnol, Grasset jeunesse, 16€

Vous avez remarqué que l'automne est là? Brutalement les feuilles changent de couleur, on se prend à rêver de feu de cheminée et on guette, avec angoisse, le moment où on va changer d'heure, paf, les journées brutalement écourtées, la nuit déjà bien installée quand on sort du boulot...
Moi, dans cette période de l'année, j'ai toujours besoin de lectures réconfortantes.

J'entends par là des livres lumineux, qui pétillent, pleins de vitamines, d'énergie, de joie.
Alors en ce moment, je mets Piouh bien en valeur, pour inciter les enfants (les miens ou ceux avec qui je travaille) à le choisir. Et ça marche. Et ça me met de bien bonne humeur.

Lire la suite...

mardi, septembre 25 2018

Comment on fait les bébés!

Comment on fait les bébés! Babette Cole, Seuil jeunesse 13€50 (première édition 1993)

Il règne un joyeux bazar dans le salon familial. Il y a les deux enfants, vautrés devant la télé, les jouets  qui trainent partout, les animaux, nombreux (chiens, chats, oiseaux, souris...) et les deux parents. On ne sait pas trop ce qui leur prend aux parents mais voilà, ils ont décidé qu'aujourd'hui, ils expliquaient "les choses de la vie" à leurs enfants.

On imagine qu'ils veulent être modernes, qu'ils ne veulent pas laisser leurs enfants dans l'ignorance, qu'ils souhaitent une éducation sans tabou. Sauf qu'ils n'ont pas poussé la réflexion beaucoup plus loin et qu'ils sont sans doute un peu désemparés au moment de passer aux explications concrètes.

Les voilà qui inventent les méthodes de reproduction les plus farfelues: En s'y prenant bien, on peut faire pousser des bébés dans des pots de fleur, ou se les faire livrer par bébé-express, ou encore acheter de la pâte à bébé en pharmacie. Les trouvailles des parents sont de plus en plus saugrenues et finissent par provoquer un fou rire chez leur progéniture. Qui est un peu consternée d'entendre des inepties pareilles. Il est temps de montrer à ces parents ignorants ce qu'il en est réellement.

Lire la suite...

vendredi, juillet 27 2018

Une super histoire de cow-boy

Une super histoire de cow-boy, Delphine Perret, les fourmis rouges, 11€90

Quand on écrit pour les enfants, on a une grande responsabilité. Il ne faudrait pas traumatiser ces pauvres bambins. Ni leur donner le mauvais exemple. Ni choquer leurs parents. Ni bien sûr leur apprendre de vilains mots. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais les parents (moi la première) sont très regardants sur les livres qu'ils donnent à leurs enfants. On vérifie la qualité du vocabulaire, l'éthique du message, la lisibilité des images.

C'est différent pour les dessins-animés ou les jeux sur tablette, là c'est bon, les gamins peuvent regarder n'importe quoi, de toutes façons, nous pendant ce temps, on fait la vaisselle.

Mais les livres, attention, faut peser tous ses mots, sinon gare aux censeurs qui ne sont jamais très loin.
Delphine Perret a parfaitement compris ça, alors quand elle veut faire une histoire sur un cow-boy, elle prend certaines précautions. Par exemple, elle remplace son héros par un singe, tellement plus mignon qu'un type aux dents cariés et à l'air renfrogné.

Evidemment, elle ne dessine pas non plus le pistolet, c'est dangereux, ça fait peur et puis après les enfants ils vont rien faire qu'à vouloir jouer à la guerre (et ça, vous le saviez peut-être pas, mais c'est mal).

Du coup, une banane dans les mains de son héros fera aussi bien l'affaire.

Lire la suite...

mardi, juillet 17 2018

Ma soeur est une brute épaisse

Ma soeur est une brute épaisse, Alice de Nussy, Sandrine Bonini, Grasset jeunesse

C'est l'histoire d'un grand frère et de sa relation à sa petite soeur. A contre courant des stéréotypes habituels, nous avons affaire à un garçon (le narrateur) tendre, contemplatif, doux et rêveur. La fillette, quant à elle, est bagarreuse, intrépide et brutale.

Mais le vrai problème, c'est qu'elle ne laisse jamais son frère tranquille. Il énumère les situations dans les quelles la bougresse vient lui gâcher le plaisir, et elles sont nombreuses!

Nul besoin de mots pour décrire combien la petite est embêtante: son comportement parle de lui même, c'est donc l'image qui raconte. On la voit dévorer les biscuits, détruire le bonhomme de neige, éclabousser son frère qui, le pauvre, peine à se mouiller dans l'eau fraiche de la rivière.

Lire la suite...

mercredi, mars 14 2018

Le livre extraordinaire des animaux préhistoriques

Le livre extraordinaire des animaux préhistoriques,  Tom Jackson, Val Walereczuk, little urban, 22€

A vrai dire, il est rare que je me passionne pour des documentaires. J'en lis parfois aux enfants, dans mon travail ou, plus souvent, à la maison mais j'ai une nette préférence pour les histoires.

C'est peut-être dommage, parce qu'il y a des documentaires qui font rêver aussi sûrement qu'une histoire, qui nous émerveillent, nous font frissonner. C'est en tout cas le cas de celui-ci.

La couverture, qui évoque un cabinet de curiosité, ne laisse pas indifférent.

Si on peut encore facilement identifier le tigre à dents de sabre, ce n'est pas le cas, loin s'en faut, de nombre des créatures qui se trouvent dans cet ouvrage. Il permet de découvrir les plus improbables, les plus impressionnants, les plus étranges animaux préhistoriques.

Le livre fait la part belle aux illustrations, avec un seul animal par double page, représenté avec un réalisme impressionnant. Mais la précision du texte en fait aussi un documentaire sérieux, fiable, dont les explications sont juste sans jamais être indigestes.

 

Lire la suite...

lundi, mars 12 2018

Un bout de mer

Un bout de mer, Ingrid Chabbert, Guridi, Frimousse, 15€

C'est l'histoire d'Ali, petit bonhomme aux grandes oreilles, grands yeux et sourire discret. Et de son arière-grand-mère, toute ritée, toute courbée, tête voilée. Et de leur amitié. Forte et douce. Aux portes du desert, le temps semble presque s'être arrêté pour eux, ils contemplent les étoiles et regardent l'horizon. Mais ce n'est qu'une illusion, le temps fait son ouvrage et Ali s'inquiète pour sa grand-grand-mère, qui s'essoufle et a de plus en plus de mal à marcher.
Un jour, il lui demande si elle à réalisé ses rêves.

Oui, ses rêves de petite fille comme ses rêves de femme, elle les a tous réalisés, tous sauf un. Voir la mer, qui n'est pourtant qu'à deux jours de marche de là.

Alors Ali, un sceau à la main, part chercher la mer pour son aïeulle.

Lire la suite...

- page 1 de 15