Littérature enfantine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Shel Silverstein

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, juin 2 2016

Si j'avais une girafe

si_j__avais_une_girafe_shel_silverstein.jpegSi j'avais une girafe, Shel Silverstein, Grasset jeunesse, 16€90

Les enfants, c'est bien connu, faut toujours que ça exagère. Et Shel Silverstein, c'est bien connu, c'est un grand enfant. Il navigue dans la démesure enfantine comme un poisson dans l'eau.

Tenez, par exemple, si il se voit en possession d'une girafe il ne s'en contente pas, il accumule les idées loufoques et imagine les situations les plus improbables.

Pourtant, les choses commencent très sobrement. "Si j'avais une girafe..." dit le texte, alors que sur la page blanche un enfant dessiné au simple trait noir possède déjà l'animal. Ça doit être cette page blanche justement qui a stimulé l'auteur. Une grande page toute blanche comme ça, forcément, ça donne envie. Il faut bien investir l'espace. Alors l'enfant étire l'animal, jusqu'à lui faire occuper la double page. Le voilà doté d'une girafe et demie, ce qui le met déjà dans une situation inconfortable (vous avez déjà essayé de tenir en laisse une girafe et demie?)

Lire la suite...

jeudi, novembre 7 2013

L'arbre généreux

l__arbre_genereux.jpgL'arbre généreux S. Silverstein L'école des loisirs 9,70€

isbn: 978-2-211-09415-3

"Il était une fois un arbre qui aimait un petit garçon." L'arbre est tout pour l'enfant qui joue dans ses branches, se nourrit de ses pommes, dort dans son ombre. Un amour fusionnel qui n'est pas sans rappeler celui qui unit une mère à son nourrisson (d'ailleurs dans la version originale, c'est le pronom "her" qui est utilisé à son propos, l'arbre est donc féminin) . Un amour inscrit dans le corps même de l'arbre, par ce cœur, gravé sur son tronc.

Puis l'enfant grandit. Il aime quelqu'un d'autre, dans l'ombre de l'arbre. Un nouveau cœur est gravé, au dessus du précédent. Et ses désirs changent. Il ne veut plus grimper aux arbres, il veut de l'argent, pour s'acheter des choses. L'arbre n'a pas d'argent. Mais il est heureux de donner ses pommes au garçon, qui pourra les vendre au marché.

Lire la suite...