gare_au_renard_interieur2.JPGLes pages qui décrivent la balade de Rosie alternent avec des pages sans texte qui montrent comment le renard est tour à tour victime d'un râteau qui traîne par là, d'une marre trop profonde, d'un sac de farine qui lui tombe dessus... Jusqu'à ce qu'il soit mis en fuite par un essaim d'abeille. L'auteure fait entièrement confiance aux enfants, et à leur capacité à lire et comprendre l'image: elle montre sans décrire.

Et en effet, les enfants dés deux ans et demis/ trois ans à qui j'ai lu cet album ont tous repéré la farce, se sont amusés de voir le benêt se prendre les pieds dans sa propre bêtise. Parfois même, ils étaient compatissant, ce pauvre renard, après tout, n'avait pas l'air si méchant que ça.

Les couleurs et les motifs très seventies, sur fond blanc, sont à la fois lisibles et lumineuses. gare-au-renard_interieur.jpg

Je regrette juste le titre français, qui met l'accent sur le renard, là où le titre original ("Rosy's Walk") l'ignore une fois de plus. Je suppose que l'éditeur à voulu ainsi s'assurer que les enfants ne passeraient pas à coté. Ce n'était absolument pas nécessaire, il suffit de montrer cet album à un enfant pour s'en convaincre. D'ailleurs, les pages sans texte qui montre le renard en mauvaise posture sont très explicites.

Apprécié aussi dans Le cabas de Za

diaspora*