Le panneau nous donne un premier indice: "En rang sur une file, et dans l'ordre s'il vous plaît". Sans arrêt l'enfant peut découvrir dans l'image des pistes mais jamais la destination mystérieuse n'est dévoilée.

Une petite grenouille semble perplexe au pied du panneau. Elle porte le n° 50. Devant elle, on devine la queue d'un lézard, qui incite à tourner la page. On comprend que les animaux vont se succéder, rangés par taille, et que chacun porte un n°. L'histoire se raconte par les dialogues des personnages mais aussi surtout par l'image. Certains animaux semblent savoir pourquoi ils sont là, et en disent juste assez pour piquer la curiosité du lecteur. D'autre s'interrogent ou s'impatientent.

Des petites scènes entre les animaux rompent le rythme de l'attente. La mouette remonte la queue, nous la suivons dans un long travelling et  latéral et découvrons des animaux familiers ou sauvages, de tous les coins du monde, qui attendent ensemble, parfois un peu inquiets (le mouton n'a pas l'air ravit d'être juste derrière le loup), parfois jouant entre eux.

Quand je lis cet album, les enfants parfois trépignent d'impatience, ils veulent connaître la suite. Le décompte des animaux permet d'anticiper, d'évaluer le nombre de pages restantes. Et puis, les animaux étant de plus en plus gros, ils prennent de plus en plus de place sur la page donc le rythme de lecture s'accélère. Quand on arrive enfin à l'animal n°1, l’éléphant bien sûr, ils tournent vivement la page. Et l'auteur, joueur, recule encore le moment de la découverte, une double page présente une grande grille avec ces seuls mots "vagues géantes". Il faut ouvrir les doubles pages, comme un rideau de théâtre pour enfin découvrir l’attraction et regarder les animaux laisser éclater leur joie dans un grand "splatch" collectif. Les enfants jubilent, ils frétillent, ils en redemandent. Et plus je leur lis, plus ils sont contents. L'attente est joyeuse, ils connaissent le dénouement. Moi aussi d'ailleurs, plus je le lis plus je l'aime cet album, je découvre à quel point chaque détail est pensé, de la page de garde à la 4eme de couverture, chaque élément de l'image à sa raison d'être et enrichit l'ensemble.