Je dois avouer que j'espère vivement que la version initiale, aux feuilles en papier, restera disponible. C'est avec eux que, la plupart du temps, j'arrive à convaincre les adultes qu'on peut proposer des livres en papier aux bébés. Je montre ces albums à des bébés de quelques semaines depuis des années. Dès qu'ils sont assez grands pour maîtriser leurs mains, ils touchent les livres, attrapent les pages, les caressent. Ils expérimentent la fragilité du papier, ils feuillettent, ils affinent leurs mouvements, petit à petit attrapent plus finement les pages. Mais cette expérimentation que font les bébés est essentielle à leur motricité et à leur connaissance de l'objet livre. Il faut alors  un accompagnement attentif.  Bien sûr, les petites mains peuvent parfois déchirer les pages, dans leur impatience de le découvrir. Mais quand les bébés portent ces livres à leur bouche, ils ne les abîment finalement pas plus que les cartonnés (la salive de bébé peut transformer du carton en bouillie en quelques minutes).

un_grand_cerf.jpgJe pense que ce choix de Didier jeunesse répond en grande partie à une demande du public. D'ailleurs, quand je présente ces livres en formation, il est très fréquent que les professionnels regrettent leur fragilité. Il faut souvent toute ma force de persuasion pour les convaincre d'essayer quand même de travailler avec ces albums en section de bébés ou de moyens. Les parents aussi sans doute seront rassurés quant à la longévité du livre.

Pour autant, je pense qu'il serait très regrettable de sortir les livres en papier des crèches, de systématiquement choisir la facilité en ne proposant que des livres solides. Les enfants ont besoin de diversité, ils ont besoin de supports variés, et ils ont besoin de tester aussi la fragilité des livres. Ils ont besoin aussi, on ne le dira jamais assez, d'un adulte pour leur lire le livre. Je peux comprendre la nécessité de livres cartonnés pour les laisser en libre accès mais le libre accès n'a de sens à mon avis, que si un adulte est disponible pour répondre à une demande de lecture. Ce n'est pas en donnant aux enfants uniquement des livres solides qu'ils ne les abîmeront pas. C'est en leur lisant. 

j__aime_la_galette.jpgJe me suis posé les mêmes questions quand l'album "Beaucoup de beaux bébés" est sorti en version cartonnée. Et la réponse est venue au fil du temps: Les deux éditions coexistent dans les bacs des librairies et dans les crèches, et les deux ont un intérêt. 

Cartonnée, plus petit format, pour les moments où les enfants manipulent seuls, pour ceux qui sont capables d’attraper la page très rapidement, qui risquent de la froisser, en papier pour les lectures avec un adulte,  pour les enfants déjà sensibilisés et qui n’abîment plus ou pour les nourrissons qui de toutes façons n'ont pas encore la motricité fine nécessaire pour attraper l'album.

La version cartonnée des comptines de Didier garde toutes les qualités graphiques de la collection, les reproductions sur papier brillant sont aussi belles que celles sur papier mat des premières éditions. Le format légèrement plus petit ne nuit pas à l'attention que les bébés peuvent porter aux détails. Les coins arrondis donnent une douceur à l'objet qui n'est pas désagréable.

Je pense que je vais expérimenter ce nouveau format avec plaisir. J'espère juste que je pourrais aussi continuer à acheter les versions papier, qui me manqueraient beaucoup si elles disparaissaient.