Benjamin Chaud fait ici des images moins foisonnantes de détails que dans d'autre de ses albums, notamment par l'utilisation du fond blanc. Les habitants de la forêt y ressortent bien, ils sont nombreux et on peut passer du temps à les examiner.

J'aime bien l'atmosphère chaleureuse qui se dégage de cette grande famille, que l'on retrouve dans Binta danse et dans Milo joue du tambour. Peut-être Aïsha, la grande soeur, aura-t-elle aussi un album qui lui sera consacré, je le souhaite en tout cas.

Quand je choisis un livre pour des enfants, particulièrement si c'est pour des tout petits, je me fie souvent à mon envie de le lire à voix haute. Si, dans la librairie, alors que je lis dans ma tête, il y a un petit frétillement au niveau de la bouche, quelque chose en moi veut passer la lecture à l'oral pour savourer les sonorités, en général, c'est bon.

Avec Simon se promène, j'ai même murmuré le texte pour en écouter le rythme, pour voir si les onomatopées qui s'invitent dans le récit y trouvent bien leur place.

Alors disons les choses franchement, il faut s'exercer un peu, c'est aussi le cas avec les deux autres tomes d'ailleurs. Mais quand on l'a en bouche, le texte est chantant, émaillé de bruitages qui peuvent être déconcertants (effet de la traduction peut-être?) mais que les bambins trouvent savoureux.