Quels que soit notre avis et notre position quant aux couleurs de peau, choix sexuel, processus de fécondation, en tant que parent et/ou professionnel de l’enfance, nous sommes amenés à côtoyer ces notions, que ce soit dans l’accueil du petit voisin qui vient jouer ou l’accompagnement d’une famille en collectivité.

citation_redim.jpg

Nicole Prieur peint dans son ouvrage un vaste tableau dans lequel elle aborde avec délicatesse du côté des enfants la conception, la recomposition familiale, l’adoption, l’aide à la procréation, l’homosexualité, les notions de couleur de peau et de liens du sang.

citation3_redim.jpgDu « Où j’étais quand j’étais pas né(e) ? au « j’suis ton enfant miracle » en passant par « mes deux mamans dorment ensemble », c’est toute l’évolution de notre société dans laquelle Nicole Prieur nous plonge.

Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Questions existentielles que nous nous posons tous, remise en cause accrue lors de l’adolescence. L’origine fascine, interroge, rassure tout en étant effrayante, amène à la spiritualité. Dans sa finitude, l’origine peut être source d’angoisse, et a besoin de mots posés lorsque le parcours a été un tant soit peu atypique.

Nicole Prieur nous rappelle que les enfants pressentent et sentent les choses même lorsqu’elles sont sous silence, ce qui peut engendrer de la frustration et de l’incompréhension et une « non -confiance » pour l’enfant, d’où l’importance du choix des mots pour trouver le bon équilibre entre donner des informations sans aller trop loin dans les détails. Des mots pour déclencher une dynamique de résilience repoussant le sentiment d’être le vilain petit canard ou le petit poucet.

poeme_redim.jpgL’origine fait partie intégrante de la construction de notre identité, savoir d’où on vient (et pas seulement en ayant le nom d’une personne, cela peut être dans le fait d’aller dans un pays, une ville, en s’imprégnant d’une culture), permet une base plus solide, et « plus on est riche à l’intérieur, moins on a peur de l’extérieur car on peut se réaliser sur de multiples plans ».

L’enfant n’est pas uniquement pensé par le couple, il est attendu par la société, sa place est pensée par l’environnement culturel et politique. Il s’inscrit dans une histoire familiale dans laquelle il écrira son propre « roman familial », notion largement développée par l’auteur.

Ce livre n’est pas qu’une succession de références théoriques et psychologiques, Nicole Prieur, par sa pratique de psychothérapeute, partage avec nous de nombreuses situations qu’elle a vécues, qui mettent son récit en lumière avec finesse.

citation2_redim.jpg

Du lien parent-enfant concerné ici, aux questions bioéthiques, n’oublions pas que « l’origine c’est davantage l’horizon du devenir que le lieu du souvenir ».

Nicole Prieur est philosophe et thérapeute familiale. Intéressée par les relations entre individus, leur couple et leur famille, elle fait partie du comité scientifique des colloques du Centre d’Etudes Cliniques de Communications Familiales (CECCOF). Nicole Prieur intervient également au niveau de la cour d’appel et des conseils généraux (adoption, divorce, maltraitance…).

Pour aller plus loin :

N. Prieur et I. Gravillon : « nos enfants, ces petits philosophes- partager avec eux leurs grandes questions sur la vie »

M. Godelier : « métamorphoses de la parenté »

H. Reeves : « la plus belle histoire du monde : les secrets de nos origines »

P.C Racamier : « le génie des origines »

B. Prieur : « l’adoption, une aventure familiale »