qui_c__est_il_passe_interieur1.jpegJ'ai toujours pensé que dans un album l'histoire ne se raconte ni dans l'image ni dans le texte mais entre les deux. De la même façon c'est dans la succession des images qu'elle se construit, dans l'intervalle de la reliure, dans ce qui n'est pas montré et qu'il appartient à l'enfant de s'imaginer. 

C'est un plaisir de voir les enfants regarder ces photos. De les voir comparer les images, chercher des indices, faire des hypothèses. C'est qu'ils ne ménagent pas leur peine, ils cogitent sacrément.

Si certaines doubles pages sont facilement lisibles, d'autres exigent qu'on y revienne, que l'on scrute avec attention chaque détail pour "lire" la séquence. Certains enfants alors demandent de l'aide. D'autres se contentent de passer rapidement sur cette page... Jusqu'à une prochaine fois où, peut être, ils s'y attarderont au contraire longuement, jusqu'à la comprendre.

Évidemment, il est important de respecter le rythme et plus encore les envies de chaque enfant pour que tous puissent s'approprier cet album dans le plaisir. que_c__est_il_passe_interieur2.jpeg

J'ai d'ailleurs vu des enfants, parmi les plus jeunes, passer complètement à coté du jeu et se contenter de pointer un escargot ici, un ballon là ou encore le lapin à la fin du livre.

 Il n'est pas absolument nécessaire de saisir le sens du livre dans son ensemble, moi même je n'ai compris que la première et la quatrième de couverture se répondaient qu'au bout de plusieurs lectures, ça ne m'empêchait pas d'aimer déjà ce livre avant.

diaspora*