Il semble même que ce soit lui qui mène le jeu. Si le texte prétend qu'il a été amené, l'image en revanche le montre avançant seul, semant gaîment des petits riens colorés pour marquer son chemin. La foret n'est pas très impressionnante d'ailleurs, les deux même arbres, répétés à chaque pages, témoignent que le chemin n'est sans doute pas inconnu.

La forme même du texte, proche du poème, qui rime, est également rassurante pour l'enfant. L'alternance des pages blanches, avec une touche de couleur vive (les objets semés et le chapeau du lutin) et de pages à dominante noires donne un rythme dans le quel l'enfant trouve toujours ses repères. Enfin, le dénouement prouve que c'est bien le lutin qui décide à quel moment mettre afin au jeu.
Je travaille avec cet album depuis plus d'un an, je le découvre au fil des lectures, les enfants très jeunes aiment l'écouter, les plus petits désignent le lutin du doigt, grattent les tâches de couleur formées par les bonbons au miel ou les pièces d'or. Ils pensent que les petits pois sont des éclaboussure de peinture. Je n'en ai encore jamais rencontré un qui ait peur à la lecture de ce livre.

A lire aussi, l'avis du très beau blog de papier (de soie), d'encre (de chine) et de couleurs (si nuancées).