Dans cette répétition, le lecteur qui médiatise le livre avec les enfants va forcément introduire de la variation. Le même dialogue peut être plus ou moins doux, énergique, rassurant, distrait, plaintif, interrogatif. Les possibilités d'interprétation sont infinies..

Les enfants, même jeunes, qui écoutent cette histoire interprètent autant (si ce n'est plus) l'image et l'intonation de lecture que les mots qui sont prononcés. Ils construisent le sens à partir de tous ces éléments.

Je trouve la démarche des auteurs très intéressante, ils mettent en place les éléments pour que l'enfant échafaude l'histoire. Et, pour ne pas lasser leur public, ils créent la surprise en milieu d'album quand très naturellement c'est le mot "papa" qui vient remplacer celui de "maman".
Les images au crayon, très douces, mettent en avant la tendresse de la relation mère enfant.
On y voit aussi la vie quotidienne d'une famille japonaise: repas avec les baguettes, fabrication de fleurs en origami à l'école, sommeil partagé, toute la famille dans le même grand lit.

 

Peu de mots mais une invitation à la découverte de l'autre, à l'empathie et à l'altérité.