L'offrande de betterave, dans l'espoir de les rendre végétariens, est un échec. Lapin se décide alors à appeler sa mère à l'aide.

A l'autre bout du fil, la lapine ne semble pas inquiète, elle propose à son petit de faire une fête pour les fauves.

Il n'a l'air qu'à moitié convaincu mais tente tout de même: un beau carton d'invitation, des mets soigneusement préparés et même du punch aux fruits, tout est prêt pour que la rencontre avec ses étranges voisins ait enfin lieu.

Et elle aura lieu.

C'est étonnant comme les gens (oui, bon, ici ce sont des animaux) sont différents quand on les connait. Du fauve au chat il n'y a qu'un pas, est-ce vraiment eux qui ont changé ou le regard que Lapin leur porte?

Cet album interroge l'air de rien les notions de sauvagerie et de norme sociale, de rencontre et de peur de l'autre.

Il y est aussi, je pense, question de grandir et de s'émanciper, après tout, ce petit lapin vit ces aventures parce qu'il a quitté la tranquillité du foyer parental. S'il a besoin du conseil de sa mère, il finit par réussir à maitriser la situation, offrant aux jeunes enfants l'image d'un héros capable de surmonter ses peurs.