Deux enfants, un garçon et une fille, discutent. Manifestement, ils se connaissent, ils sont amis, leur conversation est toute naturelle.

C'est la fillette qui entre directement dans le vif du sujet: "moi, je suis une fille, tu connais?" Mains dans les poches, le garçon lui répond avec nonchalance "montre". Alors, elle montre. Spontanément, elle soulève sa robe et expose sa nudité au regard curieux de son camarade. Mais il faut que lui aussi montre, sinon ce n'est pas du jeu!

Et c'est bien de jeu qu'il s'agit, explorer son corps et celui de l'autre, se toucher un peu, se chatouiller aussi, montrer fièrement comment on fait pipi debout (garçon et fille).
Il y a une grande fraicheur dans l'attitude des enfants et une grande réciprocité de la relation, mise en valeur par la symétrie de leurs postures. Pas de dominant/dominé ici, juste deux bambins qui s'amusent.

Mais attention, une fille, ça ne se définit pas seulement par son sexe! Les explications se poursuivent donc: "nous les filles, voilà ce que nous aimons: plonger à 100 à l'heure! faire de la gelée de cassis à 80 à l'heure... s'amuser avec les cousins, embêter grand-père aux échecs..."

D'ailleurs, notre petite héroïne à plein d'idées sur ce qu'elle va devenir: "architecte, mère et chef d'orchestre le soir". Rien que ça.

La relation entre les enfants ne se fonde pas seulement sur la découverte du corps, même si c'est cette partie là que les adultes vont retenir du livre. Il y est surtout question de se rencontrer, de s'inventer, se projeter, grandir quoi. On essaye de se définir, on se cherche et on cherche l'autre, c'est finalement la base de la rencontre entre enfant qui est explorée ici: comment jouer ensemble, se chamailler, se réconcilier. S'envisager un avenir en commun ou séparément.

Les deux enfants finissent bras dessus- bras dessous, sur la promesse de nouvelles découvertes: "Et les garçons?  Raconte..."

Cet album brille par sa simplicité, la justesse de son propos, sans fausse pudeur mais sans le moindre voyeurisme.

L'autrice, connue surtout pour son personnage Mimi-cracra, sait se positionner à hauteur d'enfants, c'est à eux qu'elle s'adresse, avec toute la confiance qu'elle leur accorde. Un regard enfantin (mais en aucun cas puéril) sur ce qui fait de nous des filles ou des garçons, tout simplement.

Je suis vraiment heureuse de cette réédition, ne serait-ce que parce qu'elle montre que les censeurs n'ont pas encore complètement gagné la partie.

Ce n'est pas un album que je lirais aux enfants dans le cadre professionnel (je vois d'ici les débats sans fin avec les adultes sur le sujet, ça me fatigue d'avance) mais j'espère que de nombreux parents l'offriront à leurs enfants (garçons et filles, évidemment) et j'espère le trouver dans les rayons des bibliothèques, pour que les enfants puissent y accéder par eux-mêmes.