Marcelle1.jpegMarcelle.jpeg






  • Marcelle

Les deux albums de Marcelle sont construits de manière similaire : page de gauche, le monde réel, l’espace des adultes, et page de droite, le monde imaginé par la fillette, sans écriture. Le texte est constitué d’un long monologue maternel, ponctué d’ordres et de complaintes. L’image de droite s’oppose au texte et vient soutenir l’enfant, réduite au silence, en rendant « vraies » ses aventures, jusque dans les pages de garde.

Le premier opus décrit une sortie familiale et le second la toilette de Marcelle. Dans les deux, l’image représentant la réalité est cerclée d’un trait brun (pour empêcher l'enfant de sortir du cadre ?) et semble bien terne avec son fond blanc et vide. Pourtant Marcelle est déjà partie…

Sur la page de droite elle s’aventure dans un monde coloré et fantasmagorique où le crayonné fait place à une peinture fastueuse. Affrontant des pirates à l’aide d’un chien errant dans Ne te mouille pas les pieds… , elle rejoue son roman familial dans Veux-tu sortir du bain.. , en s’inventant des parents royaux et… Bienveillants!

  • Édouardo

  Eduardo_terrible_litterature_enfantine.jpgÉdouardo est « un garçon normal » mais chaque fois qu'il agit de façon impulsive, il se fait stigmatiser par un adulte. De la page de droite, tous le pointent du doigt : « Tu es désordonné », « tu es sale », « tu es méchant ». Au fil des mois, il se conforme à l'image que l'on se fait de lui, allant même jusqu'à se transformer physiquement : l'image le montre de plus en plus sale, débraillé, hirsute.

L'apothéose est atteinte au centre de l'album quand Édouardo fait face, seul sur le fond blanc de la page de gauche, à un groupe d'adultes, la bouche ouverte dans un cri commun : « Édouardo, tu es vraiment le garçon le plus terrible de toute la terre ».

Mais, alors qu'il ne montre aucune volonté particulière de modifier son comportement, le regard des adultes se met à changer ... Il jette toutes ses affaires par la fenêtre ? On le félicite d'avoir si bien rangé. Il arrose un chien ? On le remercie pour la toilette de l'animal. Et voilà notre Édouardo encouragé et montré en exemple !

edouardo_terrible_burningham_litterature_enfantine.jpgIl est désormais « le garçon le plus adorable de toute la terre »…

Excessif ? Sans doute, puisque l'auteur nuance les propos en précisant qu'il reste « parfois » un peu sale, violent, désordonné, méchant. Mais la fin du livre le montre porté en triomphe par les adultes : les voilà enfin réunis sur la même page, le conflit semble surmonté.

  • Au-delà de stéréotypes de genre…

Dans ces albums, ce sont les adultes qui occupent l’espace du texte. Les enfants subissent des réprimandes très violentes et cherchent à se défendre, par la rêverie chez la fille, par l’action chez le garçon. En cela, on pourrait dire qu'ils se conforment aux stéréotypes de genre (Charol-Gagne, 2011, Filles d’albums : Les représentations du féminin dans l’album, L’atelier du poisson soluble.)

Mais, bien qu'elle semble sans réaction, Marcelle oppose une vraie résistance à sa mère en choisissant, par sa créativité, d'aller vivre des aventures loin du foyer et des contraintes de la vie réelle.

  Édouardo à l'inverse est uniquement dans l'agir. Souvent représenté en dehors de sa maison, il est montré comme agissant. Pourtant, il n'a aucune maîtrise sur lui-même, et sa personnalité se modifie en fonction de ce que les adultes disent de lui. Stigmatisé ou encensé, il est le jouet du regard des adultes.

Si Édouardo nous semble être une victime, Marcelle apparaît comme l’héritière d'un autre enfant terrible de la littérature jeunesse : son opposition à sa mère et sa fuite vers un imaginaire sauvage évoquent Max qui part au Pays des Maximonstres pour échapper à la punition. Si, dans Max et les maximonstres (publié en 1963), Maurice Sendak laisse l'image envahir la page jusqu'à réduire le texte au silence, John Burningham choisit les couleurs vives de la peinture, en digne représentant de toute une tradition picturale anglaise, pour représenter le monde psychique d'une enfant délicieusement frondeuse.