le_petit_chat_de_lina_int.jpgIl a les yeux mal en points mais il n'est pas aveugle, un petit tour chez le vétérinaire et tout rentrera dans l'ordre.

Au début, Lina trouve que ce chat est quand même moins mignon que ceux de l'animalerie, mais il faut bien avouer que quand elle le prend dans ses bras, l'écoute ronronner et le sent respirer elle est sous le charme.

Très vite, elle se sent responsable de lui, au point qu'elle est très inquiète quand il disparaît. 

On sait que Komako Sakaï est incroyablement douée pour dessiner les traits de l'enfance. Ici elle arrive en outre à rendre parfaitement la fragilité du chaton, auquel il est impossible de rester indifférent.

Cet album est une histoire très charmante sur l'adoption, le soin qu'on peut apporter aux autres, le sentiment maternel et l'empathie.

Lina est une vraie petite mère pour le chat, puisqu'elle va s'en occuper, s'inquiéter pour lui et finalement, c'est elle qui va le baptiser.

diaspora*