livre_sans_image_interieur_1.jpegJ'ai toujours pensé que les enfants savaient lire les images même les plus symboliques, je suis convaincue que la typographie raconte, y compris à l'enfant non lecteur, autant que la mise en page ou la qualité du papier. Donc, en soi, montrer aux enfants des pages qui ne montrent aucune image ne me pose aucun problème (je lis d'ailleurs avec plaisir le livre On dirait qu'il neige de Rémy Charlip, qui pour le coup est complètement blanc). Par contre, mon expérience m'a appris à peu théâtraliser mes lectures. Généralement je lis des livres dont le texte est suffisamment fort pour intéresser les enfants sans que je n'aie besoin d'un faire trop.
Ici, pas vraiment le choix, il faut jouer et même sur-jouer le texte, puisque tout le comique va naître de notre implication et de notre sens de l'auto dérision.

Je me suis donc lancée d'abord avec mes mouflettes. J'ai fait les voix, j'ai pris le rythme, bref j'ai joué le jeu. L'album est d'ailleurs assez réussit de ce point de vue là, il n'est pas nécessaire de s'exercer ni de se poser trop de questions, il suffit de se laisser guider par la typo qui fonctionne très bien (c'est l'affordance dont je parlais tout à l'heure, pour ceux qui se posaient la question).

livre_sans_images_interieur.jpegLa première lecture les a laissées perplexes plus que mortes de rire. A la lecture suivante, comme elles comprenaient le principe, elles ont plus accroché.
J'ai ensuite testé cet album dans le cadre de mon travail. Et là, clairement, il m'a mise en difficulté. Je pratique habituellement la lecture individuelle, la lecture intime. Je fais plus de la lecture à voix basse qu'à voix haute finalement. Ce livre ne se prête pas du tout à cette pratique. J'étais mal à l'aise, les enfants ne comprenaient pas où je voulais en venir. J'ai même eu un petit moment de solitude, avec un enfant qui ne réagissait pas beaucoup à cette lecture, son père, qui était présent, a essayé de lui expliquer pourquoi c'était drôle. Flop total, j'ai même abandonné avant la fin ( je lui ai ensuite lu Oh non Georges, ce qui l'a beaucoup fait rire, ouf)

Quand l'été viendra, j'emmènerais le livre sans images en bibliothèque de rue où, à mon avis, il aura un grand succès. Je l'imagine assez bien aussi en lecture collective, avec un petit groupe de bambins, comme ce qu'on peut voir dans la vidéo de présentation. L'effet de groupe, le plaisir d'entendre ensemble, et dans la bouche d'un adulte, des mots transgressifs, tout cela doit contribuer au succès du livre.
Il est de rares circonstances dans les quelles mon travail me conduit à faire des lectures collectives, je crois que je vais réserver cet album à ces moments là.

A lire aussi cet autre avis sans connivence.