A tel point qu'il n'y a pas de lassitude à relire le même texte à voix haute, on prend même plaisir à le réinterpréter, il change de saveur en fonction des illustrations.

Puis on sort de l'emboitement, avec le dénouement, heureux bien sûr: les parents veillent toujours sur leurs enfants. Et l'histoire peut se rejouer, à l'infini.

Une belle mise en abîme, dans laquelle les enfants trouveront le même plaisir que dans leurs jeux avec des matriochkas. Ici on touche du doigt la notion d'infini, aussi sûrement que lorsqu'on regarde deux miroirs qui se font face.