le_creux_de_ma_main_interieur.jpegSur les pages de gauche, l'enfant est présentée sur fond blanc, toujours en mouvement, avec sa trouvaille. La page de droite montre ce qu'elle en a fait. Parce que, déjà, avec ses petites mains, elle agit sur le monde. L'oiseau blessé peut être soigné, la porcelaine cassée recollée, les graines devenir fleurs.

Les images sont d'une grande fraîcheur et très délicates, le texte s'égraine comme un poème. Cette fillette respire la joie de vivre et l'indépendance.

Pour finir, au creux de sa main, elle tient la tête délicate d'un nouveau né. C'est à lui que s'adresse tout l'album. Et il lui répond d'un sourire. Douce vision de la fraternité, paisible, ça change des albums centrés sur la thématique de la rivalité.

Un album qui a également séduit Bouma