la_dictature_des_petites_couettes_interieur.jpgAu fil de la discussion, les enfants montrent à quel point ils ont intégré un certain nombre de codes et stéréotypes. Le rose c'est beau mais le marron et le kaki c'est moche. C'est comme ça c'est tout. Gabriel puis le chat essayent de trouver leur place là dedans. Entre concession et affirmation de soi Gabriel accepte qu'on lui fasse des couettes et le chat qu'on le peigne en rose. Mais pas qu'on le tonde, il n'est pas certain que les poils soient si moches que ça il pense même que c'est s'il n'en avait pas qu'il ne serait pas joli joli. la_dictature_des_couettes_interieur.jpg

Les fourmis sont d'accord pour départager tout le monde, lors d'un grand concours de beauté. Elles arrivent en bande, anonyme, et ont leur propres codes. Parce qu'elles n'appartiennent pas à l'espèce humaine, elles peuvent sans se poser de question affirmer une autre réalité. L'occasion de démontrer avec humour et sans morale que tout est affaire de goût et que chacun est libre de construire sa propre représentation du beau.

Sans appuyer excessivement son propos et toujours avec des illustration magnifiques Ilya Green contribue à déconstruire un peu les stéréotypes qui enferment et limitent les enfants.