Au-delà du plaisir à voir les engins de chantier à l'œuvre, on s'amuse de tous les détails racontés par l'image. Un des bonshommes, avec son casque rouge et ses bottes vertes, tombe tout le temps. Il y a ceux qui examinent les plans. Ceux qui dirigent les déplacements. Et tout ceux qui courent dans tous les sens. Ça fourmille, c'est plein d'énergie. Le gâteau est cuit, démoulé puis décoré. Il faut même le renfort d'un hélicoptère pour la touche finale.

Puis, retour à la réalité, l'enfant, de taille normale, souffle les bougies de son gâteau. Les petits bonshommes ont disparus... Ou presque.

 Un album fabuleux, ça fait du bien de se régaler autant à la lecture d'un livre sur les engins, la limite entre la réalité et le jeu est juste assez floue pour être savoureuse, cela fait quelque mois que je travaille avec et je ne m'en lasse pas du tout. 

Un autre avis, au pays des merveilles

diaspora*