• C'est moi le plus fort: Narcissique le loup? C'est rien de le dire, d'ailleurs, alors même qu'il est rassasié, il part dans la forêt, non pour chercher une proie mais pour être conforté dans l'image qu'il a de lui-même. Lapin, cochons et petit chaperon rouge savent comment lui parler: "mais oui, le plus fort c'est vous, incontestablement et sans aucun doute". C'est que sa réputation le précède, tout le monde le connait... Ou presque...
  • Mon ballon: Une fillette, tout de rouge vêtue, une forêt et... Un ballon gonflé à l'hélium. Ben oui, pourquoi pas? Elle se promène, au son d'une comptine bien connue, ravie de rencontrer différents animaux (qui d'ailleurs n'ont rien à faire dans une forêt mais on est toujours consentants pour suivre Mario Ramos sur des chemins improbables). Quand l'inévitable rencontre avec le loup a lieu, elle ne se déroule pas tout à fait comme d'habitude.
  • Le plus malin: le loup est persuadé d'avoir entourloupé ce pauvre petit chaperon rouge. Mais serait-il assez stupide pour se mettre dans l'embarras tout seul? Oui, incontestablement et sans aucun doute, oui.
  • Le loup qui voulait être un mouton: Ici le loupiot est vraiment le héros de l'histoire. C'est celui auquel on s'identifie volontiers, dont on se sent proche. Un loup sensible et rêveur, qui aspire à s'émanciper de sa vie de loup.

 

Le fil conducteur de ces quatre histoires, on le retrouve presque systématiquement dans l'oeuvre de Mario Ramos. Il faut dire que c'est le personnage emblématique de la littérature enfantine par excellence et qu'il permet toutes les subtilités. Il peut être effrayant ou séduisant (et, pire encore, les deux à la fois, toujours un brin charmeur quand il s'adresse au petit chaperon rouge), aussi touchant que méchant, opprimé comme oppresseur.

C'est un plaisir de voir les images de ces albums se déployer en grand format, on apprécie d'autant mieux les expressions des personnages.

Cette anthologie est vraiment un bel objet, un cadeau de noël idéal.