La fillette se penche vers l'avant, la curiosité l'emporte, elle à bien envie de voir quand même. Petit à petit, elle entre dans le jeu de sa mère, s'en fait finalement complice et accepte de manger la girafe, puis la tortue faite de salade composée.

L'imagination, c'est comme le gout des bonnes choses, ça se transmet. Après s'être prise au jeu, la fillette le poursuit et l'enrichit même: demain, un autre plat improbable sera au menu.
Les illustrations, au crayon sur fond blanc, très lisibles, alternent plan éloigné sur la mère et l'enfant et vue en plongée sur l'assiette. Les enfants sont ravis d'y reconnaitre les légumes, représentés de façon très réaliste, et les animaux imaginés par la mère.
Certains entrent dans le jeu et s'amusent à picorer une rondelle de tomate, une tranche de champignon, sur les pages de garde. Objectif dédiabolisation des légumes atteint!