L'ensemble de l'album se déroule sur un rythme haletant. On suit Flamme qui, infatigable, sans répit, se consacre au sauvetage de son renardeau.

On tremble de peur mais cette mère inspire la plus grande des confiances, on comprend qu'en aucun cas elle ne laissera son petit en danger.

flamme_int.png

Certaines images sont impressionnantes, l'auteur joue sur des plans cinématographiques: plongées, travelings et gros plans se succèdent, on tourne les pages de plus en plus rapidement, pressé sans doute d'être enfin rassuré sur la fin heureuse.

Nous, adultes, sommes peut-être tentés de passer rapidement sur le sort qui attend les chiens de chasse. Les enfants parfois le relèvent: "ils vont mourir?" "tant pis pour eux" et même parfois "tant mieux!"

Et puis la course éperdue de Flamme reprend le devant de la scène, il faut encore sauver Moucheté.

L'apaisement en fin d'album est à la hauteur de l'inquiétude qui a précédé. Les trois renards, enfin réunis, font face au lecteur. Ils sont libres.

Flamme est un album fort, qui ne laisse pas les petits lecteurs indifférents. On est sensible à cet acharnement de la mère, à la violence des chasseurs et surtout à la grande force des images car ce sont elles surtout qui racontent.

diaspora*