Avec Fû (le vent) et Hana (la fleur), nous regardons le champ de fleurs comme un immense espace de jeux et de découvertes. 

Les illustrations sont précises, chaleureuses et dynamiques.

La coccinelle apprend aux lapereaux le chant du pissenlit, "tampopo po po", et une danse s'improvise qui m'a rappelé cette très jolie scène de Mon voisin Totoro où la petite May et sa grande sœur chantent en regardant pousser des haricots magiques.

De fait, il y a dans les albums de Kazuo Iwamura toute la douceur qu'on peut trouver dans un dessin animé de Miyazaki.