Et puis il y a les illustrations. Subtiles et douces. "Dans la petite maison verte il y a... Une petite maison jaune", qu'on devinait déjà avant même de tourner la page, elle apparaît dans l'abat-jour de la maison verte. Viennent ensuite la maison brune, puis la blanche. Toutes très différentes, elles viennent des quatre coins du monde.

Puis l'image nous guide encore, dans la plus petite des maisons, on devine un cœur... "Un cœur qui bat, pour toi, pour moi, pour toi, pour moi"

Et dans le cœur deux chats fusionnent, ils ont des allures de matriochka, rappelant ainsi le rythme de tout l'album. 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas été si touchée par un livre vraiment destiné aux tout petits. Je suis certaine que je vais passer de très bons moments à le lire à des bébés. 

Pour voir des images de l'intérieur, le site de l'éditeur Didier Jeunesse (ça vous donnera encore plus envie de l'acheter...)

diaspora*