dans_le_noir_rocco__interieur.jpegLa coupure d'électricité ouvre soudain une parenthèse dans la routine de chacun. A la lueur de la bougie, on se parle, on joue et, comme il fait vraiment très chaud, on décide de sortir en famille, prendre l'air sur le toit de l'immeuble.

Dehors, une fête s'improvise, on danse ensemble. En bas aussi les gens se rencontrent, les enfants jouent dans le jet d'eau de la borne incendie et le glacier offre ses gellati aux passants. A la faveur de l'obscurité, les liens se créent, l'ambiance devient festive. Quand la lumière revient, chacun reprend (presque) le cours habituel de sa vie.

Entre album et bandes dessinées, ce très beau livre offre des cadrages variés, un découpage de l'image qui rythme le récit et une belle alternance entre les couleurs froides de la nuit et les couleurs chaudes de la fête.

dans_le_noir_rocco_2.jpeg

Cet album, qui a obtenu le prix Caldecott en 2012 est une belle invitation à débrancher. Je suis toujours particulièrement touchée par les livres qui me dépaysent, qui m'emporte dans une ambiance, qui me font perdre la notion du temps. C'est le cas de celui là et c'est toujours un grand plaisir de le partager avec un enfant.

Et c'est un coup de cœur aussi pour Bouma.

diaspora*