Très rapidement les enfants identifient qu'il s'agit bien d'un ours, bien avant que le texte ne le mentionne. Ils sont contents, ça leur fait quelques points d'avances, d'avoir compris ce qui n'est pas dit. Pouvoir pointer l'image du doigt en affirmant: "moi je sais qui c'est, c'est un ours!" c'est déjà maîtriser un peu l'histoire, en être acteur, contrôler sa peur. 

L'album créé la surprise et use du retournement de situation, pour finalement accompagner en douceur les bambins vers le sommeil.

Et s'il m'est arrivé de bailler à m'en décrocher la mâchoire en lisant ce livre, ce n'est certainement pas par ennuie. D'ailleurs, je vous mets au défit de ne pas en faire autant.

diaspora*