clair_lune__Sicuro_interieur.jpgToute la première partie de l'album est baignée de tons jaunes, la chevelure noire de l'enfant et de sa mère s'y découpent nettement.

Si le père est absent du texte, on l'aperçoit sur une photo dans un cadre au mur: il l'accompagne à sa façon. Tout dans l'image est rassurant, contenant, enveloppant. La présence du chien, le joyeux désordre qui règne dans la maison, les fleurs, très présentes. Mais pour apprivoiser sa peur, Lola va devoir s'y confronter. Accompagnée par sa maman, elle va observer la nuit, au dehors. Là encore l'environnement est rassurant, la nature luxuriante et de nombreux petits animaux soutiennent Lola de leurs regards bienveillants. Et le jaune est toujours là!

On pense bien sûr, à la lecture de cet album, au désormais classique Tu ne dos pas petit ours? de Martin Wadell et Barbara Fint.

Si l'histoire est effectivement connue, cet album la réinvente et y apporte un éclairage nouveau. Richesse et chaleur des images, douceur du texte, on se laisse volontiers emporter dans ce tendre  récit.

diaspora*