americanin_interieur.jpgNous découvrirons ainsi New-York à travers le regard naïf et décalé du chien, qui s'étonne de voir des humains courir en vitrine sur des tapis roulants, s'inquiète un peu de l'amour des Américains pour les hot-dogs, s'émerveille devant les murs pleins de peintures. Un regard assez enfantin en somme. Il se promène toujours avec sa laisse, mais sans jamais personne au bout, comme s'il faisait sans cesse l'école buissonnière.
Les illustrations rendent très bien l'agitation de la ville, toujours en mouvement. Les personnages sont dessinés en transparence, comme si ils étaient tellement pressés qu'ils n'ont pas eu le temps de s'imprimer sur la rétine de l'observateur. 

Un bel album, surprenant et plein d'humour.