edmond_interieur.jpg

Mais un jour l'oisillon lève les yeux vers le ciel, et le format du livre prend tout son sens. Comme le ciel est loin des cachettes d'Edmond! Il regarde, impuissant, l'oiseau noir qui vole et entend, le cœur brisé, le tout petit s'écrier "maman!"

Envolé l'oisillon, parti au loin. Et Edmond resté seul, avec le regret de n'avoir même pas baptisé son tout petit. 

Elle est terrible cette absence là. Le vide laissé par l'oiseau parti du nid trop tôt.

Avec une très grande délicatesse et beaucoup de pudeur, cet album parle aux enfants de la perte. De l'amour. De paternité. De solitude. De départ et de retours. Et aussi, de cachettes dans les hautes herbes.

Quand l'album se termine, les enfants, comme Edmond, retrouvent leur souffle, le monde des histoires est un monde merveilleux où tout se termine bien.

Lire aussi le billet de Kik

diaspora*